GRECE : Les Cyclades I

Les Cyclades jaillirent en Mer Egée – suivant la légende – d’un coup de trident de Poséidon. Morceaux de roches arrachés à la Grèce Continentale et éparpillés en mer suite à de nombreux cataclysmes, elles ont eu – de tous temps – une image forte et évocatrice auprès des voyageurs.

Plage Paradise
Mykonos : Plage Super Paradise

 

Trait d’union entre l’Europe et l’Asie, l’archipel – avec ses 39 îles (dont 24 habitées en permanence) est le plus important de la Mer Egée. Le nom « Cyclades » viendrait du cercle (kuklos en grec) que ces îles forment autour de l’îlot sacré de Délos près de Mykonos. Une brillante civilisation s’y développa à la fin du 4ème jusqu’au 2ème siècle avant J.C. Outre l’attrait culturel archéologique, les Cyclades offrent aux voyageurs un dépaysement complet grâce à leurs blancs paysages si apaisants et aux bleus si intenses des eaux, de l’azur et des peintures des boiseries. Ces bleus profonds tranchent sur la chaux immaculée des façades. Ces îles ont su garder leur spécificité et leurs habitants l’hospitalité légendaire grecque appelée « philoxenia ». Nous avions rendez-vous à Amorgos, l’île du film de Luc Besson, « Le Grand Bleu » puis avons successivement visité Santorin, la sublime volcanique et Mykonos, la fêtarde, avant de retourner au Pirée, le fameux port d’Athènes d’où partent tous les bateaux pour les îles.

 Amorgos, la plus orientale et la plus sauvage des Cyclades…
Port d'Amorgos
Amorgos : Port d’Aegialis
Besson
Amorgos offre un littoral de 112 km de côte et une surface de 121 km2. Elle est restée très longtemps à l’écart du tourisme et a commencé à être connue à la fin des années 80 (1987) lorsque Luc Besson y tourna « Le Grand Bleu ». Pour les nostalgiques, ils pourront reconnaître le bateau qui servit au tournage échoué dans une calanque oubliée.
Chora
L’île possède deux ports : Aegialis et Katapola. Bourg-capitale, Chora déroule ses ruelles cycladiennes fréquentées par ânes et mulets. Les fragiles silhouettes des moulins à vent en ruines prennent des airs fantômatiques au coucher du soleil. DuKastro vénitien (1260), il ne reste que quelques murailles… Chaque maison s’orne d’une profusion de bougainvilliers, jasmins, géraniums… Le musée de Gavra, dans une ancienne maison vénitienne, abrite une collection d’objets trouvés dans des fouilles archéologiques locales qui sont toujours en cours. La place « Loza » semble venir de l’italien « Loggia » réminiscence des Vénitiens qui occupèrent Amorgos au XIIIème siècle.
Pastelli
La spécialité « dessert » d’Amogos, ce sont les « pasteli », de délicieux nougats à base de miel, sésame et sucre servis sur une feuille de citronnier. Il faut vigoureusement “battre” la pâte pour obtenir une texture dure, un peu comme de la nougatine. On coupe ensuite en carrés.
Les festivités religieuses à l’époque de Pâques
Eglise
Comme tous les habitants des îles, les Cycladiens – et les Grecs en général –  sont très orthodoxes. L’état et l’église ne sont pas encore séparés en Grèce. Les manifestations de la foi sont particulièrement ferventes à l’époque de Pâques (Fin avril/début mai), période très agréable pour visiter les îles sans les hordes de touristes. Ici, l’expression de la dévotion consiste à « promener » les îcones d’église en église par les chemins de randonnée.
Pope
Nous avons pu assister à deux de ces processions, d’abord à Langada à la Panaghia  Epanohoriani, joli sanctuaire blanc qui domine le village et que l’on atteint par le sentier muletier. Les popes appelés « papas » mènent le cortège avec l’image sacrée, une croix et des chants lithurgiques qui résonnent à travers la campagne fleurie.
Musiciens

L’îcone sera déposé dans l’église du village et tous les participants se retrouveront sur la place pour voir danser les enfants, jouer les musiciens et  prendre un verre d’ouzo à la terrasse de la taverne.

Le fameux monastère du « Grand Bleu »
Monastere
L’autre procession, le lendemain, part du village de Potamos, au-dessus du port d’Aegialis, pour se rendre au fameux monastère de la Hozoviotissa à plus de 3 heures de marche ! Les « papas » plus âgés ne feront qu’un morceau du chemin… Ce monastère, fierté des gens d’Amorgos domine l’île depuis un millénaire (Il aurait été bâti en 1088). Il est consacré à la Vierge. Sa blancheur contraste avec la couleur sombre du rocher auquel il est accroché à 300 mètres au-dessus de l’azur de la Mer Egée. La légende dit qu’il fut fondé par des moines venus de Palestine mais on parle aussi d’un certain Empereur Byzantin Alexios Komnins II.
Plage Eleni

Ils renferment de nombreux manuscrits très rares ainsi que des îcones précieux. Les « gardiens du temple » veillent à votre « pudeur » et vous laisseront entrer seulement si vous avez enroulé un fichu sur votre pantalon… Un jean pourrait troubler l’ordre public… Une jupe courte : non ! Faut pas chercher à comprendre…Vous pouvez y signer le « Livre d’Or » pour immortaliser votre passage. L’endroit a acquis une renommée internationale grâce à Luc Besson puisque le monastère apparaît à l’image au début du « Grand Bleu » ainsi que les eaux limpides d’Amorgos. Le film, sensé se situer en Italie, a été tourné en partie sur l’île grecque.

Le Centre de Remise en Forme de l’Hôtel Aegalis
Piscine

Les Chambres de l’hôtel Aegialis donnent sur la Mer Egée

Irène Giannakopoulos, General Manager de l’hôtel, est fière de nous présenter le « Spa » Centre de Remise en Forme construit tout à côté de l’hôtel : « Nous avions envie de profiter de notre situation géographique privilégiée pour créer un espace susceptible d’accueillir une clientèle toute l’année. L’idée d’un wellness nous est venue naturellement.

Spa
 Entrée du Spa de l’Hôtel Aegialis
Ici, l’environnement exceptionnel contribue à apporter la sérénité à nos hôtes et ces nouvelles structures ajoutent un attrait supplémentaire à notre établissement. Déjà la piscine de l’hôtel est alimentée à l’eau de mer mais il est vrai que son utilisation est saisonnière.
Pool
La piscine intérieure à jet d’eau est agrémentée de jacuzzis, saunas, hammam, salle de fitness, ainsi que d’une salle de repos. Ici, vous pouvez profiter de soins d’hydrothérapie, de phytothérapie, d’aromathérapie, de musicothéraphie… Une salle d’esthétique offre des soins cosmétiques aux plantes, un salon de coiffure… Nos hôtes de l’hôtel ont accès libre à toutes les installations. Nous proposerons aussi des repas diététiques ou végétariens ».
Lobby
Le lobby du Spa de l’Hôtel Aegialis 
Aegialis
Cours de cuisine avec Irène
  Cooking
Irène propose, chaque semaine, des cours de cuisine grecque à l’attention de ses hôtes. « Je souhaite, dit-elle, expliquer aux vacanciers quelques recettes simples qu’ils pourront reproduire une fois retournés chez eux ». Nous apprendrons tout sur la confection des « loukoumades », beignets délicieux à l’anis ou encore  des « favokeftedes », mini-chaussons aux épinards et à la « feta » (le fromage traditionnel) divinement bons ! Pendant ce temps, son fils Stamati fait déguster aux hôtes les divers vins cycladiques. Se renseigner ou réserver à l’Hôtel Aegialis : www.amorgos-aegialis.com
Vieux

 Rencontre : Eleni Politopoulou, la peinture au cœur
Eleni
AtelierNous avons rencontré Eleni Politopoulo qui exposait quelques tableaux à l’hôtel Aegalis. Entre peinture surréaliste et naïve, Eleni peint depuis son enfance. « C’est un peintre ami de mes parents, dit-elle, Pierre Arslanian – qui passe sa vie entre Athènes et Montréal – qui m’a donné goût au mélange des couleurs. J’ai étudié les Beaux Arts à Athènes mais passé toute mon enfance à Methoni dans le Peloponèse. C’est là que je me sens bien. La grande ville ne m’apporte pas d’inspiration créatrice et j’ai besoin de ressentir les lieux pour les peindre. Cette île d’Amorgos est un véritable coup de foudre pour moi. Je suis certaine d’y revenir (sûrement après l’été) pour jeter mes impressions sur la toile… J’ai besoin de ce contact avec la nature, si évident ici ! Je suis un peintre-voyageur…». Eleni est une jeune femme (31 ans) bien dans sa tête et qui  refuse, pour réussir plus vite, de fréquenter les endroits à la mode… « Je connais, dit-elle, les rouages de la notoriété mais n’ai absolument pas envi de les pratiquer… » Gageons que son talent n’aura pas besoin du showbiz pour éclater… Notre Photo : Eleni dans son atelier à Athènes. Contact e-mail : elenithas@yahoo.gr

Santorin, la sublime volcanique
Panorama
Après quelques heures de ferry, on approche de Santorin (appelée Thera par les Grecs). Une île à l’histoire parsemée de cataclysmes et dont on dit (suivant les écritures de Platon) qu’elle serait à l’origine de l’Atlantide.
Santorin
Vers 1600 Avant JC, Santorin explosa littéralement à des centaines de kilomètres à la ronde. On raconte que le séisme fut perceptible jusqu’en Crète ! Le dernier tremblement de terre sérieux et destructeur remonte à 1956… Un jour, la terre se déchaînera à nouveau… Les gens vivent avec cette menace… Les deux villages principaux Fira et Oia,  offrent leur blancheur immaculée au contraste noir et rouge de la falaise.
Fira
Une authentique vision « Carte Postale » ! Les ruelles pittoresques abritent maisons et hôtels troglodytes dont les terrasses font face à la « caldera », le volcan, au milieu de la mer, détaché de l’île depuis l’Antiquité. Dans le dédale blanc, on admirera les nombreuses galeries d’art, ateliers d’artistes, artisans… qui ont élu domicile en ce lieu si propice à la création !
Santorin
Au crépuscule, l’événement quotidien est celui du coucher de soleil qui descend lentement avec ostentation en jouant avec les roues des moulins et la couleur de la terre… Un spectacle naturel d’une grande beauté dont même la gent canine sait reconnaître l’irrésistible splendeur ! (Notre photo).
Anes
Pour descendre au vieux port de Skala, trois possibilités : d’abord à pied en attaquant les 587 marches représentant 270 mètres de dénivelé ; ensuite, à dos d’ânes… Et moins, poétique le funiculaire que l’on peut emprunter pour 4€ !
Moulin
On atteint les restes de l’ancienne Thera (les ruines datent de 300 à 145 Avant JC) en empruntant un sentier de montagne au départ de Kamari, station balnéaire au sud de l’île. Le site de Mesavouno culmine à 369 mètres d’où l’on peut jouir d’un panorama formidable sur les plages de sable noir en contrebas.
Santorin
Au sud de l’île, au village d’Akrotiri, on a découvert un village enfoui sous les cendres volcaniques (comme à Pompéi). Les fresques retrouvées ont été transportées au Musée Archéologique d’Athènes. A côté du site des fouilles, « Red Beach » est la fameuse plage de sable rouge de Santorin.
Santorin

BONNE ADRESSE à SANTORIN : Hôtel Irigeneia à Perissa très coquet et où l’accueil était vraiment chaleureux et le prix incluait breakfast et internet haut débit à volonté. Internet : www.greekhotel.com/cyclades/santorin/perissa/irigeneia

Mykonos, la fêtarde…
Plage
Embarquement sur un autre ferry pour, en quelques heures, débarquer à Mykonos, île granitique dont les points culminants (392 m) serviraient de sépulture aux Géants anéantis par Héraclès. C’est un haut lieu du tourisme international et de la communauté gay. On y vient pour ses belles plages (Paradise, Super Paradise, Agrari, Livadi, Ornos, Kalafati…) mais aussi pour vivre des nuits torrides à l’instar de St-Trop ou Ibiza…
Mykonos
Le port de Mykonos (Chora) est le pôle d’intérêt de l’île. Ici tout est blanc, passé et repassé à la chaux… Les fameux moulins à vent n’en finissent pas d’émouvoir le voyageur, surtout à l’heure du « sunset » (Anglais de rigueur pour coucher de soleil !) tandis que les maisons construites à même la mer lui donnent un petit air de Venise égéenne.
Mykonos
Si vous aimez les petites églises : il y a environ 360 chapelles sur Mykonos et on raconte que les marins en péril, comme les pirates , promettaient, s’ils avaient la vie sauve de remercier Dieu en lui offrant un petit lieu de culte…
Mykonos
Si elle n’a rien d’exceptionnel, Mykonos est très photogénique et attachante par le dynamisme qui s’en dégage… Il faut l’avoir vue mais ne pas s’y éterniser si on est amoureux de naturel… Le symbole de l’île est le pélican et même si Petros 1er (le premier d’entre eux naturalisé au musée) a rendu l’âme depuis longtemps, ses descendants posent avec ostentation devant les objectifs numériques des hordes de touristes en croisière.
Mykonos
En effet, les immenses paquebots déversent tous les jours des centaines de croisiéristes dans les rues d’Hora rendant quelque peu surréalistes les files d’attente de tous ces « bronzés » qui reprennent les bateaux-navettes pour retrouver leurs belles cabines…
Mykonos
BONNE ADRESSE A MYKONOS / Pension Arhontiko, un hôtel familial où tout le monde se met en 4 pour vous faire passer un excellent séjour. Internet : www.mykonos-arhontiko.com
GUIDE A EMPORTER / LE PETIT FUTE ILES GRECQUES : un ouvrage extrêmement utile qui ne vous quittera pas tout  au long de vos périples dans les îles grecques ainsi qu’à Athènes, entre Egée, Méditerranée,Mer Ionienne ou Golfe de Saronique. Internet : www.petitfute.com
Mykonos
CARNET DE VOYAGE : BONS PLANS
BON PLAN : Pour l’hébergement sur les îles, il vaut mieux acheter des nuitées sur les serveurs d’internet qui se livrent à une farouche concurrence. Parmi tous ceux-ci nous vous recommandons particulièrement venere.com très complet offre d’excellents rapports qualité/prix.
Plus d'images...