ITALIE : Le Cinque Terre

Vernazza : l’environnement naturel spectaculaire et accidenté de cette portion de côte en fait une des régions les plus belles d’Italie.

Porto Venere

Classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1997, la région des « Cinque Terre » se situe près de Gênes, au nord-ouest de l’Italie sur la côte Ligure.  Cinq villages : Monterrosso, Vernazza, Manarola, Corniglia et Riomaggiore, forment une couronne surplombant la Mer Ligure en Méditerranée. D’où leur nom collectif, version française, des « Cinq Terres ».

Corniglia

En même temps que les Cinque Terre, la petite localité côtière de Porto Venere a été, elle aussi, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Pas de doute, depuis des siècles, les habitants de ce territoire côtier ont dû se résoudre à vivre sur un terrain inhospitalier et escarpé. La forme, la disposition des villages et le paysage tant vers la mer que vers les coteaux impressionnent le visiteur.

Sur 15 km de long s’étirant de la pointe Est de la côte ligurienne entre Levanto et La Spezia,  l’homme a aménagé dès le XIIème siècle, époque marquant la fin des incursions des Sarrasins par la mer, des terrasses soutenues par des murs de pierre sèche. Ces fameux «fasce »  en italien sont en général construits avec des blocs de grès colmatés par des cailloux provenant tout simplement du sol.

Des sentiers en balcon au-dessus de la mer

Aujourd’hui encore, ces terrasses s’étendent le long des pentes abruptes à une altitude variant entre quelques mètres et 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, la plus haute altitude propice à la culture de la vigne et des olives. Plus impressionnant encore, certaines terrasses atteignent jusqu’à 2 km de long. Jusqu’à la construction de la voie ferrée reliant Gênes à La Spezia dans les années 1870, cette zone était pratiquement inaccessible hormis par la mer.

Les cinq villages principaux des Cinque Terre remontent à la fin du Moyen-Âge. Les randonneurs peuvent les découvrir par des sentiers longeant bien souvent les terrasses et entretenus par le Parc National des Cinque Terre. Destinés autrefois aux mulets, ces sentiers s’étirent à flanc de rocher, ou à travers la garrigue ou encore dans des espaces boisés. Dans chaque localité, le réseau de parcours présente des difficultés variables.

Randonner à travers ce parc national permet de croiser des touristes du monde entier. Et de marcher, presque au son de la Tour de Babel. Sur les sentiers étroits règne une certaine convivialité, et les plus sportifs encouragent ceux qui peinent à grimper parfois des centaines de marches irrégulières et hautes. Pour parcourir un peu plus de 2 kilomètres sur le sentier n° 2, le plus proche du littoral et le plus fréquenté, il faut compter près de 4 heures de rando !

Des villages de caractère

En partant du nord-ouest, on découvre la « capitale » des Cinq Terres,  Monterosso al Mare, encadrée par deux petites vallées, donnant sur l’une des rares plages de la région. Avec sa partie moderne et sans caractère, elle abrite de nombreux hôtels. Heureusement de l’autre coté de la gare subsiste le centre historique plein de charme. 

Egalement en hauteur, Vernazza s’est développé le long du cours d’eau Vernazzola sur les pentes d’un piton rocheux. Seul village des Cinque Terre à ne pas avoir été édifié sur la côte, mais sur un promontoire élevé  s’avançant vers la mer, Corniglia évite les flots de touristes arrivant par les navettes maritimes.

Des vignobles entourent le petit hameau de Manarola dont les habitations sont disposées en partie sur un aiguillon rocheux plongeant vers la mer et en partie le long de la rivière Grappa.

Situé le plus à l’Est, le village de Riomaggiore  s’étend le long de la vallée étroite de la rivière Maggiore, aujourd’hui couverte et devenue rue principale.

Un territoire fragilisé par l’afflux touristique…

Victime de leur succès, les Cinque Terre comptent environ 5.000 habitants, mais ont attiré un peu plus 2,5 millions de touristes l’année dernière ! Dans ce coin d’Italie comme ailleurs, l’afflux excessif de touristes crée des déséquilibres.  Sans savoir s’il y a un lien de cause à effet, rappelons que le 25 octobre 2011, une terrible inondation sur fond de glissement de terrain a frappé le parc national.  Treize personnes moururent, les dégâts furent estimés à plusieurs centaines de millions d’euros. De nombreux sentiers furent inaccessibles pendant plus d’un an.  Vernazza est le village ayant subi le plus de dégâts. Il fallut deux ans pour le reconstruire. Aujourd’hui, seules quelques affiches  rappellent cette catastrophe, qui devrait servir d’avertissement aux autorités locales.

En juin dernier, dans le quotidien la Stampa, le géologue italien Mario Tozzi tire la sonnette d’alarme : le petit paradis de la Riviera Ligure  pourrait disparaître de la carte emporté par les alluvions. «Il y a peu d’endroits dans le monde aussi menacés par les inondations et les glissements de terrain que les Cinque Terre». Durant les siècles précédents, les locaux avaient construit des murets et créé des terrasses, afin de constituer des barrières contre l’eau et la terre descendant des montagnes culminant à 800 mètres d’altitude. Mais avec l’arrivée massive des touristes, les habitants ont tendance à délaisser les cultures en terrasse pour se consacrer à l’accueil des visiteurs, une activité moins fatigante et plus lucrative. 


Reportage Martine Denoune / Photos Martine Denoune & Archive Agenzia Regionale “In Liguria”


CARNET DE VOYAGE :

Afin de contrôler le nombre de visiteurs, l’accès aux sentiers du Parc des Cinque Terre est payant (7,5 € ) et le train coûte plus cher pour les touristes que pour les habitants.

Le citron, star ligure !

Bon à savoir : il existe un forfait combinant l’accès aux sentiers et le transport en train. Pour trois jours, il s’affiche à 41 € (Tarif en avril 2018).  L’idéal consiste à faire une rando matinale muni de ses bâtons de marche en emportant un pique-nique. Les transferts locaux se font en train et/ou en bateau. Attention, il arrive que des sentiers soient fermés. C’est le cas du célèbre parcours « Via dell’Amore » interdit au public depuis 2012, suite à un éboulement. Dommage ! Creusé dans la roche en surplomb sur la mer, c’est le plus facile à parcourir entre Manarola et Riomaggiore.

Pour éviter les grosses chaleurs et la foule, mieux vaut vous y rendre  au printemps et à l’automne.  Ville portuaire la plus proche des Cinque Terre, La Spezia se situe à 3 heures de voiture de Nice.  De Paris, il suffit de prendre le train pour Gênes ou l’avion pour Pise.

Compte tenu des tarifs pratiqués pour l’hébergement dans les villages de Cinque Terre, il est judicieux de loger à proximité. Par exemple à Levanto ou à La Spezia. Si vous tenez absolument à résider dans l’un des cinq villages, mieux vaut bien vérifier l’accès de l’hôtel ou de la maison d’hôtes. Excepté à Corniglia, accessible en voiture, vous risquez d’avoir à transporter vos bagages, à partir du port ou de la gare, dans des venelles accidentées.

Enfin si vous ne souhaitez pas organiser votre voyage, sachez que la plupart des spécialistes de la rando (Terre d’Aventure, La Balaguère, Allibert…) y proposent un périple niveau 2, qui par endroits pourrait être classé niveau 3, accompagné ou non par un guide. Dans ce dernier cas, vous recevrez un livret détaillant les itinéraires.

Où se renseigner ?

Office du Tourisme Italien en France : www.italia.it/fr

Parc National des Cinque Terre : www.parconazionale5terre.it