LOIRE : A vélo autour des châteaux

A l’invitation de l’Office de Tourisme de Blois-Chambord, nous sommes allés tester les itinéraires cyclistes de la « Vallée des Rois » ! N’en déplaise aux pharaons égyptiens, le Val de Loire accueillit les monarques les plus prestigieux qui y firent ériger tous ces somptueux châteaux dont certains demeurent privés et d’autres ouverts à la visite.


Sur l’itinéraire « 04 » intitulé « Entre vignobles et châteaux » basé sur deux journées, nous avons successivement visité ceux de Beauregard, Villesavin, Troussay et Cheverny. A chaque étape, des hôtes originaux ayant en commun la passion de leur patrimoine… Ici, pas de compétition, pas de descentes effreinées… sport et culture se conjuguent sur un rythme « slow balade » que ce soit en couple, entre amis ou simplement en famille !

Impossible de se perdre sur les chemins, les routes secondaires (choisies pour leur faible fréquentation) ou les pistes cyclables car les itinéraires des “Châteaux à Vélo” sont doublés d’une signalétique directionnelle spécifique. L’application « Blois-Chambord » permet aussi de suivre les parcours géoléocalisés et de tester les 40 commentaires audio. Le site www.chateauxavelo.com présente la totalité des parcours et de nombreuses informations (loueurs de vélo, hébergements labellisés accueil vélo,…).

A Cellettes, le château de Beauregard, notre première plongée dans l’histoire…

Guy et Natalie du Pavillon sont les châtelains de Beauregard. Cependant, ils vivent et travaillent à Paris, consacrant leurs loisirs à l’héritage familial. Le château est la propriété de la famille depuis 1925, et son parc est labellisé « Jardin Remarquable » depuis 2005.

« Je ne sais plus ce qui m’attache à ce château, dit Guy du Pavillon, je suis tellement enraciné à lui ! Je veux que le visiteur ait le temps de se cultiver mais aussi de flâner, se reposer, rêver… Nous accueillons les familles autour de concepts ludiques afin que les enfants s’instruisent tout en s’amusant. Côté jardin, nous avons organisé des aires de pique-nique dans des coins privilégiés afin que chacun puisse apprécier les odeurs, le ratissage, les tracés de coupes… Ma démarche n’est pas rationnelle, poursuit-il, ce château est une véritable passion que je partage avec mon épouse et mes fils ».

châteaux

Le premier bâtiment fut un manoir (fin du 15ème siècle) puis François 1er le transforma en rendez-vous de chasse qu’il donna, dès 1520, à son oncle René de Savoie. En 1617, Paul Ardier, ministre des rois devenu propriétaire, entame la décoration de la « Galerie des Portraits ». Au total, la galerie rassemble 327 portraits, et balaie l’histoire politique nationale et internationale (26 nationalités y sont représentées) entre 1328 et 1643. Un superbe plafond en lapis lazuli et un revêtements de carreaux de faïence de Delft ornent la pièce où 300 ans d’histoire nous contemplent ! Et, pour échapper à la solennité de tous ces illustres aïeuls, notre châtelain éclectique a choisi d’exposer, dans la pièce d’à côté, une Galerie de Portaits de… chiens du célèbre photographe Antoine Schneck ! Un décalage total entre l’austère portrait de Catherine de Médicis… et ceux, espiègles, du chien de Daniel Auteuil ou de celui d’Isabelle Adjani ! Le cabinet des Grelots, une petite pièce décorée de boiseries de chêne est aussi un must de la visite.

A l’extérieur, le parc paysager de 40 hectares est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1992. Le “Jardin des Portraits”, œuvre du paysagiste parisien, Gilles Clément qui allie jardin à la française et tradition anglaise est associé aux personnages de la Galerie des Portraits. « A partir de juin, dit Guy du Pavillon, nous allons y ajouter le “Jardin des femmes” avec les portraits des 20 femmes de notre Galerie des Illustres … Sentier du Savoir, Jardin Renaissance, glacière, rose de Beauregard, chapelle du 15ème siècle, Allée d’érables ou grande Allée des buis, poules, moutons… constituent tous les ingrédients qui vous feront passer une belle journée ! (Notre Photo ci-contre : Guy et Natalie du Pavillon et leurs 3 fils : Alain, Elie et Romée) Site : beauregard-loire.com

Le Château de Villesavin, « la Cabane de chantier de Chambord »

Nous revoici sur l’itinéraire cyclable pour pédaler à la découverte de la prochaine demeure… C’est déjà la fin de la matinée lorsque nous arrivons à Cour-Cheverny, étape restauration. Au « Relais des 3 châteaux », sur la place du village, les parkings à vélos sont les bienvenus pour sécuriser nos montures à l’heure du déjeuner. Un verre de « Cheverny » pour reprendre des forces : on est dans le vignoble ! Un repas « Bistrot » et nous sommes prêts à reprendre le guidon… Arrivée à Tour en Sologne au château de Villesavin.

Le château de Villesavin a été construit pour Jean le Breton, secrétaire des finances de François Ier. En 1525, il est fait prisonnier durant la bataille de Pavie et se retrouve enfermé dans la même forteresse que le roi. Lorsque les deux hommes reviennent en France, François Ier le nomme gouverneur des travaux de Chambord. Il devra alors relancer ce chantier interrompu pendant 27 mois à cause des guerres d’Italie, le superviser et payer les ouvriers. François Ier lui offre aussi les terres de Villesavin afin d’y construire ce château. Jean le Breton fait ensuite appel à quelques ouvriers et artisans, français et italiens, de Chambord pour le construire (1527-1537). Le château de Villesavin sera surnommé « La Cabane de chantier de Chambord ». Après Jean le Breton, le château connaîtra de grandes familles de la noblesse jusqu’à son rachat par la famille de Sparre en 1937. Aujourd’hui, c’est la troisième génération qui a repris le flambeau : Véronique et Lars de Sparre l’occupent à plein temps. Le mobilier est d’origine et on note la présence d’une statut de Molière, originale, celle-même créée par Houdon pour la Comédie Française…

« Petit à petit, le tourisme a pris le pas sur l’agriculture, dit Véronique. Mon mari continue à entretenir les terres et je m’occupe de la commercialisation… Ayant fait des études vétérinaires, j’ai – poursuit-elle – l’amour des animaux et je me suis prise de passion pour l’élevage du baudet de Poitou dont la race menaçait d’extinction ». Sa spécificité ? Outre son caractère très doux, son pelage constitué de longues mèches appelées « cadenettes » qui le protège de la chaleur en été et du froid en hiver. Les enfants adorent sa compagnie…

Dans la cour du château, on découvre une vasque en marbre de Carrare, et le colombier à pied, un élément rare. Le château de Villesavin offre des salles de réception ouvertes à la location et un Musée du mariage incluant une collection de 1500 objets retraçant l’histoire de l’institution depuis 1840. Pour les enfants : dans le parc, grand parcours d’énigmes et de jeux pour révéler l’identité du fantôme qui hante Villesavin… C’est un certain « Anatole »… Il est gentil affirme la châtelaine ! Site : château-de-villesavin.fr

Quelques tours de pédales pour finir la journée… Nous sommes toujours à Tour en Sologne à l’Hôtel du Château (Logis de France 2*) où nous accueille Chantal Beucher, la maîtresse de maison chaleureuse et sympathique. L’adresse est aussi répertoriée pour l’attention particulière accordée aux cyclistes. Des chambres simples et confortables (dotées du wifi) et une cuisine créative dirigée par Philippe Beucher au « Restaurant de l’Agriculture » situé au bout de la rue. Site : hotelrestaurant-agriculture-41.com

Le Château de Troussay : le plus petit du Val de Loire

La construction de Troussay commence au milieu du 15ème siècle. Le premier propriétaire en est Robert de Buggy, seigneur de Troussay et écuyer de François 1er. La famille de la Saussaye en hérite en 1828 et Louis de la Saussaye, ami de Prosper Mérimée,  en réalise la restauration. La façade François 1er fait référence à l’architecture de Chambord tandis que la façade Louis XII évoque la période de la Renaissance. Cette spécificité en fait un ensemble atypique et une véritable « petite folie » artistique. Le château – qui est le plus petit de tout le Val de Loire – appartient à la famille Marcotte de Sainte-Marie depuis 1900. En fait, c’est l’arrière grand-père de notre hôte, le Comte Delamarre de Monchaux, savant naturaliste et ornithologue, qui en fit l’acquisition. Et comme la propriété se transmet par les femmes, elle changea de nom, mais pas de famille ! Le château est ouvert au public (1974) et classé monument historique depuis 2000.

Nous avons rendez-vous avec Isaure de Sainte-Marie (Notre Photo) qui gère les lieux. On ne peut pas dire que notre châtelaine corresponde vraiment aux critères récurrents de la vieille aristocratie ! Isaure est une jeune femme moderne, en jeans et boots qui a pas mal « roulé sa bosse » avant d’entreprendre ce nouveau challenge : « Je suis partie à 21 ans en Amérique du Sud, dit-elle. D’abord au Mexique, puis au Venezuela, en Argentine où je travaillais dans la communication…J’ai fréquenté les Indiens d’Amazonie, partagé leur quotidien… Pourquoi je suis revenue ? Simplement parce qu’il était question que mon père, Stanislas, vende le château après le décès de ma mère… Je me suis alors sentie investie par la mission de garder le domaine. Bien sûr, au début j’avais vraiment peur de m’isoler dans le Loir-et-Cher et de ne plus pouvoir sortir de ma bulle… Mais aujourd’hui, après deux années d’exercice – et même si tout n’est pas rose – je suis assez fière de l’avancée déjà réalisée : 4 chambres d’hôtes, 2 gîtes, une boutique « vintage », la salle pour les réceptions (déjà opérationnelle à l’époque de ma mère) une restauration rapide… Je n’ai pas le temps de m’ennuyer d’autant plus que je reçois des amis du monde entier ! J’ai encore plein de projets en tête comme un potager « Bio » ou encore l’étiquetage des vins de Troussay au nom du domaine… Je suis très disponible pour mes hôtes avec lesquels j’ai des échanges privilégiés… et entre deux saisons, je reprends mes valises ! ». Si vous optez pour la nuit au château, sûr qu’Isaure saura vous réserver le meilleur des accueils ! Site : chateaudetroussay.com

Nous voici à nouveaux sur nos vélos : direction Cheverny. Halte déjeuner au Golf du même nom, un parcours de 18 trous au tracé intégré aux paysages de la Sologne. Ancien territoire de chasse du château de Cheverny, il s’étend autour de l’étang de la Rousselière qui a donné son nom au restaurant. Une belle pause dans un environnement d’exception ! Site : golf-cheverny.com

Le Château de Cheverny : les plus beaux meubles du Val de Loire

(Copyright Loire Valley Travel)

Quelques accélérations de pédaliers et voici qu’apparaît le noble château de Cheverny ! Le domaine appartient à la même famille depuis plus de six siècles : les Hurault, financiers et officiers au service de plusieurs rois de France. Parmi les plus grands de la Vallée de la Loire, leurs descendants, le Marquis et la Marquise de Vibraye, y vivent toujours. Ce fut l’une des premières demeures privées à avoir ouvert ses portes au public en 1922.

N’ayant pas cessé d’être habité au cours des siècles, il présente des pièces de mobilier et des aménagements intérieurs remarquables. Les appartements du premier étage témoignent de l’art de vivre à la française : la chambre des naissances, le boudoir rouge, la chambre d’enfant, la chambre des mariés, la salle à manger et le petit salon. Mais, Cheverny recèle d’autres trésors comme la tapisserie des Gobelins du 17ème siècle présentée dans la salle d’armes, ou encore la commode d’époque Louis XIV de style Boulle et le régulateur d’époque Louis XV (horloge de précision qui servait à régler toutes les autres pendules du château) que l’on peut admirer dans le salon des Tapisseries. Sans oublier, le lit à baldaquins décoré de broderies persanes du 16ème siècle qu’utilisa Henri IV lors de son passage.

A l’extérieur, trois magnifiques jardins, un parc botanique, un chenil où vivent une centaine de chiens consacrés à la chasse à courre ou vénerie… L’Equipage de Cheverny fut fondé en 1850 par le Marquis de Vibraye ce qui en fait l’un des plus anciens de France ! Encadrée par plusieurs textes de lois, cette chasse n’est autorisée que deux fois par semaine du 1er Octobre au 31 mars et n’excède pas l’abattage de 25 cerfs. Tous les jours à 11h 30, les visiteurs peuvent assister au repas des chiens.

Cheverny a inspiré le château de Moulinsart à Hergé. En 1942, au cours d’une aventure de Tintin, le château de Moulinsart fait sa première apparition dans  Le Secret de La Licorne. Il devient alors le port d’attache de Tintin, de Milou, du professeur Tournesol, du capitaine Haddock et du majordome Nestor. Le Domaine de Cheverny et la Fondation Hergé se sont associés pour réaliser et mettre en place une exposition permanente sur le thème : les secrets de Moulinsart. On peut y voir la chambre de Tintin, le laboratoire du professeur Tournesol, ou encore la cave du château de Moulinsart. A visiter absolument pour les inconditionnels du reporter Belge ! Site : chateau-cheverny.fr

La Maison des Vins de Cheverny

Jouxtant le château de Cheverny, voici la Maison des Vins du même nom, notre ultime étape. Implanté dès le Moyen-âge autour des abbayes, le vignoble suscite l’intérêt des rois de France dès le 16ème siècle. Le Cheverny a acquis l’appellation AOC en 1993. Son aire de production comprend 574 ha sur 24 communes du Loir-et-Cher. Une quarantaine de vignerons produisent 27 000 hectolitres par an. La production se répartit en parts à peu près égales : moitié en blanc, moitié en rouge et rosé. Les vins de Cheverny ont une originalité : ils sont tous issus d’assemblages, c’est-à-dire composés de plusieurs cépages. Vifs et fins, les vins blancs marient le Sauvignon qui exprime sur ce terroir toute sa puissance aromatique (note de cassis et de réglisse) et le Chardonnay qui apporte l’élégance. Les vins rouges sont fruités et gourmands, assemblages de Pinot Noir qui donne la finesse et la subtilité et de Gamay qui apporte fraîcheur et rondeur. Vins souples dont la fraîcheur est marquée par une note épicée, les vins rosés Cheverny sont faciles à boire. Le blanc « Cour-Cheverny » se distingue car il est issu d’un seul cépage « Romorantin » remis au goût du jour. C’est un vin élégant et qui sait brillamment vieillir. La Maison des Vins de Cheverny propose la dégustation de nombreux domaines grâce à un système informatisé. Site : maisondesvinsdecheverny.fr

CARNET DE VOYAGE : BONS PLANS

L’Office de Tourisme « Blois-Chambord » propose des « Pass » afin que vous découvriez tous ces châteaux dans les meilleures conditions tarifaires tout en évitant les files d’attente. Site : bloischambord.com Location de vélos : La Salamandre à Cour-Cheverny. Sites : chateauxavelo.com ; loirevelo.com et cheverny-voyages.fr