Shalom Israël !

Shalom
Tel Aviv vue de la colline de Jaffa

Le petit Etat d’Israël, à un peu plus de 4 heures de vol de la France (de Marseille ou Paris), édifié sur une superficie n’excédant pas trois départements français, est à la fois ultramoderne et lié au passé biblique et antique de la mémoire collective. Nous y sommes accueillis par le Ministère du Tourisme pour une réunion de travail (Assemblée Générale Annuelle de l’Association des Journalistes de Tourisme/AJT ) mais aussi, en qualité de professionnels pour découvrir, d’une façon non exhaustive, quelques attraits de la destination !

Cette vieille terre – aux confins de l’Afrique, de l’Asie et de l’Europe – que d’aucuns nomment « Terre Sainte » est à l’origine, dans l’Antiquité, des trois grandes religions monothéistes (Christianisme, Judaïsme et Islam). Elle abrite un pays jeune et dynamique dont le plus grand atout est la diversité de ses habitants. Ici ont émigré des Juifs du monde entier pour construire une Nation à leur identité. Cette pluralité et ce melting-pot participent à la spécificité de cette population hétéroclite qui balance entre l’observation stricte des lois de la Torah – les Juifs orthodoxes principalement basés à Jérusalem et dans les colonies sont reconnaissables à leurs austères tenues vestimentaires du 18ème siècle – et une vie occidentalisée comme on peut la découvrir à Tel Aviv. La grande richesse d’Israël c’est d’abord toute cette belle jeunesse qui aspire à vivre dans un univers de paix !

Tel Aviv, dynamique et moderne,

joue la comparaison avec New York !

Dès l’aéroport de Tel Aviv, «David Ben Gourion», du nom du plus populaire des Premiers Ministres d’Israël lors de son Indépendance le 14 mai 1948, nos hôtes nous souhaitent la bienvenue : “Barouh’ Aba Lé Erètz Israel’’, Bienvenue en Israël ! « Shalom » est le mot-clé qu’il faudra répéter en toutes circonstances… Il signifie « Paix » en français mais est employé dans le langage courant pour dire Bonjour, Salut, Au Revoir… C’est un mot qu’on apprend aux enfants dès qu’ils essaient de parler, et c’est bien plus qu’un mot pour un Israélien… Le vendredi soir, on se souhaite un Shabbat Shalom, un Samedi de paix et de repos. Quant-à « la paix soit avec vous », on dit : « Shalom a lechem »

Tel Aviv, «la colline du printemps» en hébreu capitalise 9 mois de soleil par an ! Elle fut fondée sur des dunes de sable en 1909, à l’extérieur de la cité plusieurs fois millénaire de Jaffa (Yafo en hébreu), par 66 familles de pionniers venus d’Europe de l’Est. C’est la capitale culturelle, économique et industrielle du pays comprenant plus d’un million d’habitants tandis que le « Grand Tel Aviv » en recense 3 millions. C’est aussi la capitale mondiale des startups, surnommée « Startup City » grâce à son esprit d’entreprendre et sa jeunesse studieuse : 100.000 étudiants et plus de 20 universités et collèges !

Tel Aviv incarne le côté moderne de l’Etat Hébreu. Les Israéliens disent : « On va à Jérusalem pour prier, à Haïfa pour travailler et à Tel Aviv pour prendre du bon temps… ». Multiculturelle, Tel Aviv a absorbé de nombreuses vagues d’immigration depuis sa création : tolérante, pluraliste… elle voit cohabiter juifs orthodoxes, arabes, jeunesse occidentalisée ou communautés gays. C’est aussi la « Reine de la Nuit » et du divertissement avec 1.748 bars, cafés et nightclubs… des dizaines de restaurants longent le port et le nord de la ville.

Des quartiers entiers ont repris vie sous l’impulsion des promoteurs, des artistes… Ainsi en est-il de Neve Tzedek devenu en peu de temps le quartier branché : le « Soho » de Tel Aviv, se plaît-on à dire ici en comparaison avec New York. N’appelle-t-on pas Tel Aviv « T.A » en référence au « N.Y » de New York ou à « L.A. »… Neve Tzedek est le site de la première implantation juive hors des murs de Jaffa qui a été restauré pour faire place aux boutiques à  la mode et échoppes de créateurs en tous genres… Tout près, le Carmel Market est un véritable souk coloré qui vous fait passer – en quelques pas – de l’occident le plus moderne à un orient aux effluves épicées.

Située en plein centre d’Israël, Tel Aviv offre une promenade de front de mer à la longue plage de sable blanc, frange côtière de plus de 5 km, bordée d’immeubles cossus, de restaurants, d’hôtels de luxe… De nombreux architectes de renommée internationale y ont laissé leur empreinte dont ceux de la fameuse école «Bauhaus» (cubisme allemand de l’entre-deux guerre) dont s’inspira Le Corbusier. Véritable musée à ciel ouvert, l’ensemble architectural a été inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. Côté culturel, Tel Aviv est le siège de l’Orchestre Philarmonique d’Israël à la réputation internationale et qui donne de nombreux concerts dans les théâtres et auditoriums de la ville. C’est aussi le lieu de nombreux musées dont les plus fameux sont Beth Hatefutsoth, le Musée de la Diaspora Juive, le Tel Aviv Museum of Art et le Eretz Israel Museum incluant les fouilles archéologiques d’une ancienne cité Philistine. Tel Aviv est qualifiée par le New York Times de « Capitale la plus cool de la Méditerranée » et comme l’une des « 10 villes les plus dynamiques du monde » par Lonely Planet !

Cette mosaïque murale, située dans un immeuble du coeur historique fut exécutée à Ravenne (Italie). Elle décrit les villes de Jaffa et Tel Aviv liées par l’histoire, la géographie et le peuple juif. L’artiste David Sharir, né à Tel Aviv et vivant à Jaffa l’a nommée “Jaffa Tel Aviv, seconde génération”.

La Tour Azrieli, avec son 49ème étage panoramique, est le centre d’observation le plus élevé du Moyen-Orient. Nous avons eu la chance d’y partager un somptueux dîner avec nos hôtes… moment de bonheur et de convivialité légèrement perturbé par la tour qui oscille… En effet, ce soir-là (12 Novembre) nous ressentons, d’en haut, le tremblement de terre qui vient d’endeuiller l’Iran et l’Irak… mais la délicatesse des mets et le subtil vin du Golan apaisent vite l’instant d’angoisse !

Jaffa, juste après le Déluge…

D’après La Bible, Jaffa – aujourd’hui quartier de Tel Aviv – fut fondée après le Déluge par Japhet, fils de Noé tandis que le prophète Jonas y embarqua pour fuir les exigences divines avant d’être dévoré par la baleine. Après son repentir, l’Eternel le délivra et Jonas accosta sur l’une des plages du Sud de Jaffa, antique cité portuaire méditerranéenne. Le vieux village a ressuscité de ses ruines pour devenir le lieu de prédilection des artistes, artisans et créateurs en tous genres. Sur la colline de Ramses, l’Abrasha Park offre une splendide vue de la ville et une sculpture «la statue de la Foi» de Daniel Kafri représentant le Rêve de Jacob, le sacrifice d’Isaac et la conquête de Jéricho, la plus vieille ville du monde.

Le site fut occupé dès le 4ème millénaire avant J.C. : le pharaon Touthmôsis III compte déjà Jaffa parmi ses trésors de guerre. La cité vit se succéder de nombreux conquérants parmi lesquels Egyptiens, Philistins, Grecs… Les croisés la contrôlèrent puis Richard Coeur de Lion la disputa aux Musulmans, Saint Louis y édifia un monastère… Elle fut ensuite la propriété des Ottomans avant de tomber dans les mains de Bonaparte en 1799.

Enfin, une communauté Juive s’y installa dès 1830. Les ruelles pavées, aux maisons de style ottoman accueillent galeries, restaurants et boutiques. La maison de «Simon le tanneur», aurait abrité l’apôtre Pierre. Côté shopping, le Marché aux Puces de Jaffa est réputé ainsi que les ateliers d’artistes : Nous visitons la maison-musée de la sculptrice Ilana Goor, à la renommée internationale.

Ce musée Ilana Goor est situé dans un bâtiment du 18ème siècle de la vieille ville de Jaffa . Voici 280 ans, l’immeuble servit de première auberge juive pour les pèlerins se rendant à Jérusalem. Le musée a été restauré sur la base de l’édifice d’origine et compte plus de 500 œuvres d’art israéliennes, internationales et ethniques aux côtés des créations d’Ilana Goor. Parmi les œuvres emblématiques, celles de Diego Giacometti, Henry Moore, Joseph Albers, Uri Lifshitz, Yigal Tumarkin , Pesi Girsch, Yaakov Dorchin…

Un musée éclectique où chaque pièce présente les créations de différents endroits et de différentes époques. Ilana Goor pense que « toucher, sentir et utiliser l’art joue un rôle essentiel dans notre compréhension de celui-ci. Plutôt que d’être exposé dans un espace blanc «sacré», l’art du musée s’entrelace avec la vie elle-même – un art qui n’est pas hors de portée, élitiste et stérile, mais directement accessible au visiteur ». Surprenant ! Un véritable inventaire à la Prévert avec, parfois, des objets géniaux et d’autres flirtant avec le mauvais goût… A voir absolument !


Balade en Galilée, au Nord d’Israël…

Le choix était cornélien pour les journalistes qui devaient opter pour l’une des quatre thématiques proposées entre “Gastronomie & Design”, “Histoire & Archéologie”, “Mer Morte & Bien Etre”… J’ai préféré “Sport et Nature” pour une incursion en Galilée !


 La Ferme aux Epices…

Située à Beit Lehem Haglilit, au milieu des pins dans la vallée de Jezreel, Derech Hatavlinim est à la fois une ferme agricole qui cultive des épices et des herbes, un centre d’accueil sur la thématique et une boutique. Avi Zitherspieler, ingénieur agronome et herboriste avec lequel nous avons rendez-vous, cultive, sèche et mélange des épices et des herbes, succédant à son père, pionnier ashkénaze venu de Pologne en 1948. Une longue pratique des plantes & épices qui commence en 1956… « Nous vendons, dit-il, une expérience, une culture. Nous avons ouvert des boutiques en Allemagne, Grande-Bretagne et aux USA… Nous gagnons des récompenses internationales pour la subtilité et l’originalité de nos mélanges (Le must : l’orange épicée !). Je propose plus de 1000 produits différents : épices séchées, herbes, mélanges d’herbes et d’épices et mélanges pour la cuisine, fruits secs naturels et mélanges et infusions… Le concept ? Un projet éducatif qui essaie de mettre à portée de tous ce que la nature nous offre ! ». Avi assure personnellement conférences et ateliers et reçoit 150.000 visiteurs par an. Le grand hangar d’exposition éclate de couleurs et de senteurs ! Un régal de faire son shopping parmi ces dizaines de produits aux subtiles fragrances… et un hôte attentif et charismatique qui représente bien cet esprit d’entreprendre cher à Israël !

Hula Agamon Lake, le royaume des oiseaux migrateurs

Le parc touristique d’Agamon Lake, situé au cœur de la vallée de Hula, est l’un des spots ornithologiques les plus importants au monde : deux fois par an, il voit passer 2 milliards  d’oiseaux de 390 espèces différentes ! Une pause magique au cours du long voyage entre l’Europe et l’Afrique… Ici, vous observez ces passionnants oiseaux migrateurs, en train de nicher, de nidifier, ainsi que d’autres animaux terrestres comme les buffles. Le lac d’Hula, au cœur du site, permet de découvrir cette nature préservée. La boucle de 11 kilomètres est proposée suivant différents moyens de locomotion : à pied, à vélo, en voiturette de golf, en wagon « safari » ou avec le petit train… de nombreux points d’observation ponctuent le parcours : pélicans, grues, hérons, ibis… attendent vos objectifs ! Malheureusement, nous y sommes arrivés en fin de journée pour apprécier pleinement les lieux… Faudra revenir !

 

L’hébreu : une langue ressuscitée !

L’hébreu est la seule langue de l’histoire de l’Humanité qui ait été ressuscitée depuis l’époque biblique pour devenir une langue usuelle et quotidienne ! Une situation singulière qui permettrait aux prophètes de la Bible et aux Rois d’Israël de comprendre, aujourd’hui, sans difficulté, les informaticiens, rappeurs, hommes politiques ou enseignants ! Ce miracle vient de la persévérance d’un homme : Eliezer Ben-Yéhouda, juif d’origine lituanienne, né en 1858 et mort à Jérusalem en 1922, qui entreprit de moderniser la langue du Roi David !

Jérusalem, au coeur de la foi

«Yérushalayim» signifie «la ville de la paix» en hébreu. Il n’y a pas une autre ville au monde qui soit dotée d’un tel patrimoine mystique. Ici, vous êtes aux sources des trois religions monothéistes, au centre de la foi : Salomon y bâtit son Temple, Jésus y fut crucifié et le prophète Mahomet y accomplit son «voyage nocturne» où il eut la révélation de Dieu… Le Dôme du Rocher est le troisième lieu saint de l’Islam après La Mecque et Médine. Eternelle, Jérusalem l’est bien puisqu’elle est déjà mentionnée dans des textes égyptiens du 20ème siècle avant Jésus Christ !

Le « Mur des Lamentations »

(Photo Eric Beracassat réalisée avec le Nikon AF-S fisheye Nikkor 8-15)

C’est le mur occidental qui s’étend à l’ouest du mont du Temple. Un peu d’histoire : ici, Abraham reçut l’ordre de sacrifier son fils Isaac ; Jacob y dormit et rêva des anges escaladant l’échelle des cieux… Salomon y bâtit son temple, il y a 3.000 ans, sur le terrain de son père, le Roi David… Temple qui fut détruit en 586 avant notre ère par le conquérant babylonien, Nabuchodonosor, et reconstruit – il y a 2.000 ans – par Hérode. Sa splendeur était telle qu’on disait « celui qui n’a pas vu le Temple d’Hérode n’a pas contemplé un édifice d’une telle magnificence ». En l’an 68 de notre ère, le Temple fut à nouveau détruit par les Romains : seul resta debout ce fameux « Mur Occidental » qui est l’édifice le plus sacré pour le peuple Juif. Le terme de « Mur des Lamentations » est introduit au 19ème siècle par les mandataires britanniques, qui le traduisent de l’arabe mais pour les juifs, il est plutôt inapproprié… Il s’agit du « Kotel » en hébreu, lieu le plus emblématique et le plus visité d’Israël. Le Mur a triomphé du temps, connu la guerre, la paix, la destruction, la renaissance… Chaque jour, il écoute les prières des judéo-chrétiens du monde entier et enregistre les « petits papiers » déposés dans ses interstices… On dit que « Le syndrome de Jérusalem » s’abat sur les visiteurs. Celui-ci se traduirait par un élan de mysticisme quasi pathologique… Personnellement, je suis arrivée athée et ai quitté Jérusalem dans le même état d’esprit… Dieu ne m’a pas donné la foi, comme dit l’autre !

Jérusalem bouge, construit, reconstruit… Le Musée d’Israël, immense exposition archéologique et historique est bien la preuve du dynamisme culturel et architectural. Ce musée, regroupant plusieurs pavillons, offre de nombreuses collections parfaitement mises en valeur allant de la re-création de synagogues au salon parisien (18ème siècle) de la famille Rotschild en passant par une galerie d’impressionnistes (Cézanne, Chagall, Modigliani…) à l’art africain, islamique, océanique, juif mais encore aux fameux «Manuscrits de la Mer Morte».

Yad Vashem, pour ne pas oublier

Autre point fort de Jérusalem, «Yad Vashem» s’élève sur le Mont Herzl “La colline du souvenir”. Yad Vashem signifie «un monument et un nom» en Hébreu. L’Institut Commémoratif des Martyrs et des Héros de l’Holocauste, créé en 1953, pour «se souvenir du passé en forgeant l’avenir ». Il s’étend sur 80 hectares. Au-delà du Complexe Muséographique, c’est aussi un Centre International de Recherche sur la Shoah comprenant une école et les archives les plus importantes au monde abritant plus de 56 millions de pages de documents et 160.000 photos ainsi que des milliers de cassettes vidéo et de films, 87.000 ouvrages et des centaines de journaux et revues.

Le centre d’accueil des visiteurs «Mévoah» propose de suivre plus de 90 histoires personnelles à travers des témoignages, des vidéos, des documents d’archives… Mettant en exergue la dimension humaine… Il comprend de nombreux centres d’intérêt : Le Mémorial des Enfants conçu en 1987 (incroyablement émouvant avec ses milliers de petites lumières scintillant dans l’obscurité qui représentent les 1,5 millions d’enfants exterminés dans les camps nazis), la Vallée des Communautés, la Salle des Noms afin que les victimes ne soient pas qu’un numéro, des monuments, l’Allée des Justes des Nations dédiée à tous ceux, non Juifs, qui aidèrent les Juifs au péril de leur vie (16.000 noms y figurent dont celui d’Oskar Schindler, allemand au comportement héroïque, porté à l’écran par Steven Spielberg. Schindler, mort en 1974, repose au cimetière chrétien du Mont Sion), le Musée d’Histoire de l’Holocauste et le Musée d’Art. La Salle du Souvenir est le lieu des cérémonies : une flamme éternelle brûle au milieu de la crypte où les noms des camps de concentration se détachent sur un sol en mosaïque. Le basalte des parois symbolise l’harmonie et le ciment du plafond la haine et l’oppression. Au centre, une sculpture monumentale représente le soulèvement du ghetto de Varsovie.


David Freche, notre guide francophone natif de Toulouse…

Au cours du séjour, nous avons pu apprécier l’érudition de notre guide, David, franco-israélien. En effet, né à Toulouse en 1962, David y a grandi et fait ses études. Ensuite, il accomplit son « alya » en 1985 après avoir bourlingué dans le monde entier ! Marié et père de 8 enfants, il a étudié la Thora, été agriculteur puis passé le diplôme de guide touristique délivré par le Ministère du Tourisme Israélien. Amoureux de cette terre, de son peuple et de son histoire, il est intarissable ! Groupes, familles, VIP, randonneurs… peuvent faire appel à ses connaissances. Contact : tsvi.davidfreche@gmail.com

Notre voyage, riche en découvertes et émotions, n’a pas eu le temps de nous dévoiler tous les atouts d’Israël : la Mer Morte, Eilat, le désert du Néguev… s’inscrivent, assurément, dans nos futurs plannings !

Textes et Photos Dany Antonetti

 

CARNET DE VOYAGE : BONS PLANS

TEL AVIV : L’Hôtel Herods (5*) situé en bord de plage et conceptualisé années 30. Tout reflète l’esprit de l’époque : mobilier, décor historique, œuvres d’art… jusqu’aux employés costumés. Belle adresse pour séjourner à Tel Aviv. Site : herods-hotels.com

TEL AVIV : Restaurant Vicky Cristina au cœur du complexe Hatachana à Neve Tzedek, le quartier branché. Atmosphère espagnole pour tapas et bar à vin ! Olé… Site : vicky-cristina.co.il

TEL AVIV : Restaurant 2C au 49ème étage de la Tour Azrieli pour admirer la ville by night à 360° ainsi que pour la qualité des mets et vins proposés. Site : 2-c.co.il

JÉRUSALEM : Hôtel Leonardo Plaza (5*) au coeur de la ville sur la célèbre rue King George. Possibilité de visiter à pied les lieux emblématiques de Jérusalem.

JÉRUSALEM : Le restaurant « Rooftop » du Mamilla Hôtel d’où nous avons lâché les ballons des 20 ans de l’AJT. Site : mamillahotel.com/rooftop

*** MERCI ! Un grand merci à tous les membres du bureau de l’AJT qui ont œuvré pour la belle réussite de l’événement en collaboration avec nos hôtes, l’Office National Israëlien du Tourisme et sa Directrice Générale à Paris, Lina Haddad venue nous rejoindre ainsi que Laurent Gahnassia, en charge de la communication de l’ONIT à Paris qui a participé à tout le voyage et veillé à son parfait déroulement ! SHALOM à tous ! Enfin, BRAVO à notre nouvelle Présidente, Evelyne Dreyfus élue au cours de cette Assemblée Générale !

PLUS D’IMAGES…