TESTÉ POUR VOUS : Croisière sur le Costa Pacifica

Alors que la croisière semble décidément avoir le vent en poupe et qu’elle fait l’objet de toutes les attentions médiatiques autour de nombreux reportages, un film éponyme lui est même consacré… Nous avons décidé de « Tester pour vous » ce type de voyage qui recueille toutes les faveurs d’un nouveau public et pas seulement des seniors comme certains voudraient le faire croire !

costa_boueeNous avons embarqué à Savone (Italie/Liguria)  en simples vacanciers, sur le Costa Pacifica, l’un des fleurons de la gamme de l’armateur Italien. Le but était de comprendre comment « La croisière s’amuse », quels en sont les atouts et les inconvénients et pourquoi un tel engouement de la part du public ?

En fait, il y a deux types de personnes : les addicts de croisières qui ne pensent qu’à voguer vers de nouveaux horizons, bercés au fil de l’eau par une atmosphère hôtelière luxueuse et ludique (animations, casino…) et ceux qui jurent qu’ils ne mettront jamais les pieds sur une « ville flottante » où les participants « bidochons badgés » se groupent comme des moutons pour descendre la passerelle et s’entasser dans des cars alignés… Entre ces deux considérations, nous avons voulu nous faire notre propre opinion… Nous avons choisi l’itinéraire de 12 jours appelé « Retour en Terre Sainte » qui mettait l’accent sur Israël (Haïfa, Ashdod avec possibilité – aux deux escales – d’excursions à Jérusalem et en Galilée) tout en mouillant à Katakolon et Le Pirée (Athènes) en Grèce mais aussi à Izmir (Turquie) et à Civitavecchia (Rome) en Italie. Douze jours au cours desquels nous allions pouvoir découvrir ce qui fait courir les croisiéristes !

Rendez-vous à l’Aéroport de Nice…

costa_cabine
La cabine avec grande fenêtre du Costa Pacifica

Nous avons rendez-vous à l’aéroport de Nice pour être acheminés en car jusqu’au port d’attache du navire, à Savone (soit deux petites heures d’autoroute). Les valises sont étiquetées et prises en charge, les croisiéristes prennent place, au fur et à mesure de leur arrivée, à bord des véhicules. En salle d’embarquement de la Gare Maritime de Savone, nous attendons quelques dizaines de minutes avant d’être appelés par le numéro qui nous a été imparti. Nous prenons possession de notre cabine et y retrouvons, quasi instantanément nos bagages. La cabine est très belle, spacieuse et agréablement ensoleillée. De nombreux rangements permettent de vider les valises. La salle de bains aussi est grande, fonctionnelle… Le tout impeccable de propreté et de décoration sobre. A noter aussi l’accueil du personnel aimable et amical, nous disant « Bonjour et Bienvenue Madame, Monsieur » par notre nom. La clé digitale de la cabine sert aussi de carte de crédit pour tous les achats qui seront faits à bord. Il suffit d’avoir enregistré – au préalable – votre CB qui sera débitée de vos dépenses à l’issue du voyage. Sur la télé de la cabine qui fonctionnera parfaitement même les jours et nuits de navigation (Programmes en Anglais, Italien, Français, Allemand…) vous pourrez consulter votre note au fil des jours.

Appareillage vers la Grèce !

costa_pacifica1

Il faut se familiariser avec le Costa Pacifica (construit en 2009) qui paraît immense avec ses 12 ponts et 1.504 cabines (pouvant accueillir 3.780 passagers) dont 91 cabines dans l’espace « Samsara Spa »  (incluant 12 suites pour une surface de 6.000 m2 sur 2 étages, avec salle de sport, thermes, thalassothérapie, salle de soins, sauna, bain turc, solarium UVA…) ; 521 cabines avec balcon privé, 58 suites avec balcon privé ; 1.100 membres d’équipage ; 5 restaurants, dont deux (Club Blue Moon et Restaurant Samsara) payants sur réservation ; 13 bars, dont un Cognac & Cigar Bar et un Coffee & Chocolate Bar ; 4 bains à hydromassage, 4 piscines dont 2 avec verrière amovible, une pour les enfants, un toboggan, un espace « Kids » ; un terrain de sport polyvalent ; Le splendide théâtre « Stardust » sur 3 étages, boutiques duty free, casino et discothèque…En fait, on se repère assez rapidement sur le bateau et les habitudes sont vite prises…

costa_cheminee
Le Costa Pacifica au départ du Pirée

Le programme du jour est annoncé par une newsletter « Costa Today » que l’on retrouve tous les soirs dans la cabine après le dîner. Ce « Petit Journal » édité dans les principales langues apporte une foule d’infos sur la vie à bord, les escales (et leurs horaires), la navigation et les activités… Costa Pacifica est défini comme le « Bateau de la Musique » et il ne faillit pas à l’appellation avec de la musique partout et pour tous les goûts : Danses de Salon, Piano Bar Jazzy ou Blues, Orchestre Latino, Variétés Internationales, Musique Classique (en live), Années 70/80 et Disco, Années 60 (Twist, Rock’and Roll…)… Tous les soirs, « Show Time » dans le Théâtre « Stardust » qui occupe trois ponts et n’a rien à envier aux plus belles salles de concert terrestres. Des spectacles de qualité internationale présentés par Max, Directeur de Croisière. Nous avons particulièrement noté les prestations du ventriloque René Luden ; « Metamorphosis » de Mago Martin ; Le « Circus Show » et « Cirque Surreal » ainsi que le tour de chant de Pietro Mangiaracina, un jeune ténor italien qui a fait un triomphe sur scène avec le « Bel Canto » et s’est produit, ensuite, tous les soirs au Piano Bar « Rhapsody » avec un répertoire plus international…

costa_pietro
Le talentueux chanteur italien, Pietro Mangiaracina et le personnel, toujours aimable

La vie s’écoule très vite au fil des jours, d’escale en escale et de pays en pays… La magie du concept, c’est de se retrouver ailleurs après une douce nuit bercée par le léger clapotis du navire ! Le bonheur est de se réveiller à quai, un matin en Turquie et le lendemain matin au Pirée ou en Israël… Et, aussi de n’avoir pas à se soucier de faire ses valises ni de changer d’hôtel… Nous comprenons désormais l’engouement pour ce type de vacances et nous le partageons rapidement…

costa_stromboli
Au second jour de la croisière, passage au large du Stromboli dans la Mer Tyrrhénienne

Gastronomie et Dîners de Gala…

S’il y a une chose qui contribue à la réussite d’une croisière, c’est incontestablement sa table ! Et nous pouvons dire que nous avons été bluffés : des « buffets » multiples (où il n’y a pas de files d’attente !) aux petits-déjeuners et déjeuners toujours variés et à base de produits frais (fruits et légumes, fromages de qualité), la possibilité aussi de prendre le déjeuner au Restaurant « New York » servi à table… Et des dîners minutieusement organisés autour de deux services impeccables (19 ou 21 heures) avec un personnel philippin professionnel et aimable toujours à l’écoute. Précisons aussi, qu’outre ces repas, il y a un « Tea Time » proposé chaque jour avec pizza, snacks, fruits et gâteaux ainsi qu’un « Buffet de Minuit » pour les noctambules voraces… On en voit d’ailleurs s’empiffrer lourdement !

costa_fille

Au cours de la croisière, il y a eu deux dîners de gala dont celui du Commandant Guiseppe Russo et le dîner d’Adieu. Pour chacun d’entre eux, des mets raffinés, un grand ballet du personnel de service, musique et illumination des desserts… Bref, des clichés « Souvenir » évidents pour les participants !

costa_toboggan

En conclusion, nous pouvons dire que l’expérience fut positive et que nous avons été vraiment séduits par l’organisation du navire, son attractivité et toutes les animations proposées. A l’heure du retour, tout s’est passé – sans problème – comme à l’aller : les valises étiquetées par couleurs et déposées le soir dans les coursives ont fait leur chemin « toutes seules » et nous les avons retrouvées sans encombres ni bousculade à l’Aéroport de Nice… Nous comprenons désormais pourquoi autant de clients s’entichent des croisières : ils y trouvent  tout l’agrément d’un système « Club » tout en voyageant tranquilles et légers : le principe est très attractif !


CROISIÈRE MODE D’EMPLOI

Nous avons acheté la prestation sur Internet (abcroisiere.com) à un tarif particulièrement attractif (Mars étant « Hors Saison ») soit 1.430 €/2 personnes pour une cabine extérieure avec fenêtre au Pont 2 (Adagio). A ce tarif, il convient d’ajouter 6 €/jour/personne de pourboire soit 130 € et naturellement les éventuelles excursions et les consommations.

costa_flag
Départ du Pirée

LES PLUS DE LA CROISIÈRE :

– Un itinéraire intéressant qui permet de faire escale dans 4 pays très différents de la Méditerranée (Grèce, Israël, Turquie et Italie) avec la possibilité de bien visiter en une journée.

– Un service Hôtelier impeccable (Attention constante aux serviettes et à la salle de bain), belles cabines, animations variées, restauration de qualité.

– Des spectacles internationaux professionnels joués dans un « vrai théâtre ».

– Sur tous les ponts, les transats abondent et il n’y a pas de conflits « serviettes » entre les gens… S’il fait frais, celles-ci peuvent être remplacées par de doux plaids : le pont prend alors des airs de Transatlantique de jadis…

LES MOINS DE LA CROISIÈRE :

– Excursions trop chères (Par exemple, nous avons acheté 102 €/personne la « Découverte de la Galilée et du Lac de Tibériade ») et particulièrement surréaliste le tarif de la visite du bateau à 75 €/personne… Nous avons dû nous contenter de la vidéo gratuite diffusée dans le Théâtre pour « visiter virtuellement » l’envers du décor.

– Costa a supprimé depuis fin mars ses escales en Israël : vraiment dommage ! (Mesure de prévention sécuritaire sans doute).

– Impossible aussi de visiter le niveau « Samsara Spa » réservé aux VIP…

– Les tarifs « Consommations Bar » sont aussi particulièrement « salés » et si les croisiéristes n’en prennent pas conscience en s’acquittant d’un paraphe, ils risquent – à la sortie – de voir doubler le prix de leur séjour !


LES PRINCIPALES ESCALES EN IMAGES…

costa_messine
Passage du fameux détroit de Messine entre le Sud du continent Italien et la Sicile.
costa_pilotage
Le navire a besoin de l’aide du bateau “Pilote” pour franchir ce lieu mythologique !

costa_hermesGRÈCE : KATAKOLON ET OLYMPIE

Katakolon est un petit port fondé vers la moitié du 19ème siècle lié au site légendaire d’Olympie. A l’origine, Olympie aurait été choisie directement par le roi des dieux, Zeus, afin de promouvoir son culte aux yeux des Grecs. Olympie, avec Delphes, la ville consacrée à Apollon, et Athènes elle-même, est le lieu de culte mythologique le plus important de la Grèce traditionnelle : c’est là que naquirent les jeux Olympiques en 776 avant JC. Il est encore possible de voir, à l’intérieur du vaste espace du stade, les lignes de départ et d’arrivée des courses. Le musée abrite toute l’histoire de la région ainsi que la superbe sculpture de l’Hermès portant Dyonisos enfant de Praxitèle (Photo ci-contre).

ISRAËL : HAÏFA/DÉCOUVERTE DE LA GALILÉE
ET DU LAC DE TIBÉRIADE

Le lac de Tibériade, Kinnereth de l’hébreu kinnor (« lyre »), est le plus grand réservoir d’eau douce d’Israël. Situé à plus de 200 m au-dessous du niveau de la mer, il est traversé par le fleuve Jourdain.

Ce lac est appelé « lac de Tibériade » dans la Mishna, le Talmud et la Tossefta à cause de sa proximité avec la ville de Tibériade. Dans les versions grecque et latine desÉvangiles, on utilise le nom « mer de Galilée ». Il constitue aujourd’hui une ressource hydraulique importante pour Israël. Des travaux de canalisations ont permis l’approvisionnement des villes en eau douce et l’irrigation à des fins agricoles, essentiellement dans le désert du Néguev.

costa_tiberiade1

Sur la rive ouest du lac est construite la ville de Tibériade. Capitale de la Galilée, c’est aujourd’hui une station balnéaire réputée pour ses sources chaudes et son climat sec.Il existe de nombreux sites archéologiques et historiques autour du lac de Tibériade. Durant l’hiver 1986, a été découvert dans le lac, un exemplaire unique de barque romaine (longueur 8,3 m, largeur 2,6 m, profondeur 1,2 m) de pêche et transport de marchandises. Le carbone 14 situe la construction de cette barque au premier siècle de notre ère, ce qui lui vaut parfois le surnom de « barque de Pierre » ou « barque de Jésus ».

costa_bapteme

Le lac de Tibériade a une grande importance pour les trois religions monothéistes : chrétiens, juifs et musulmans. Ses rives dont les collines boisées et les petites plaines fertiles abritaient de nombreux villages de pêcheurs et d’agriculteurs ont vu se dérouler de nombreux épisodes de la vie de Jésus rapportés dans les Évangiles : la tempête apaisée, la pêche miraculeuse, la dernière apparition aux disciples alors qu’il était ressuscité… Yardenit, un centre de tourisme religieux, est situé à l’extrémité sud du lac, là où les eaux reconstituent le Jourdain. Particulièrement pittoresque à cet endroit, le fleuve est bordé d’imposants eucalyptus et foisonne de poissons. Selon la tradition chrétienne c’est ici que  Jésus fut baptisé. Yardenit est le seul lieu officiel de célébration de  baptêmes  pour les pèlerins chrétiens.

Les pèlerins juifs viennent prier sur le Mausolée de Rabbi Akiva, une colline surplombant le lac. Le lac a donné son nom aukibboutz Kinneret situé à proximité. Dans le cimetière de Kinneret, qui surplombe le lac, sont enterrés plusieurs idéologues socialistes et pionniers sionistes de la seconde et de la troisième «Aliya »  (Retour en Israël).

Dans la théologie islamique, l’assèchement du lac de Tibériade est un des signes majeurs de la fin du monde (récit de Nawass Ibn Samaan dans l’authentique de Muslim) et le Mahdî sortira l’Arche de l’Alliance du Lac de Tibériade ((Iqd al-Durar fi Akbar al-Imam al-Muntadhar, par Cheikh Jamaluddin Yusuf al-Damishqi, p. 51-a).

ISRAËL : ASHDOD

costa_ashod

Ashdod est la cinquième plus grande ville d’Israël et aussi son premier port (devant Haïfa). Son infrastructure en fait l’un des rares ports en eaux profondes de Méditerranée. Située sur la plaine du littoral, à 35 km de Tel Aviv et à 70 km de Jérusalem, c’est une ville dynamique et qui a eu une croissance récente et rapide grâce à l’apport de nouveaux immigrants en provenance de France, d’Éthiopie, de Russie et d’Amérique latine. Ashdod est l’une des cinq villes fondées par les Philistins dans l’Antiquité. Selon la Bible, c’est à Ashdod que les Philistins emmenèrent l’Arche d’Alliance  (rappelons que l’Arche d’Alliance est le coffre qui, dans la Bible, contient les tables de la Loi ou « Dix Commandements » données à Moïse sur le mont Sinaï) comme un trophée après une victoire contre les Hébreux autour de 1050 Avant J.C. Le récit mentionne de grands désastres dûs à la présence de l’Arche qui sera alors transférée à Gath puis rendue aux tribus d’Israël. Au 10ème siècle avant notre ère, Ashdod et la Philistie auraient été, toujours d’après la Bible, une province vassale du royaume de David, mais auraient continué ensuite les hostilités contre les royaumes de Juda et d’Israël après le schisme jusqu’à la conquête de la ville au 8ème siècle avant notre ère.

TURQUIE : IZMIR

costa_izmir

L’antique Smyrne, fondée en 3000 av. J.C. était la grande rivale de Troie. Deuxième ville de Turquie, Izmir mêle, aujourd’hui, architecture moderne et vie traditionnelle. Le panorama sur la baie depuis les ruines du château Kadifekale est incontournable. La grande place est dominée par la Tour de l’Horloge arabo-moderne. Ici se dresse la petite mosquée aux carreaux vitrés, Konak Camii. Il ne faut pas manquer le Grand Bazar véritable « souk » oriental qui satisfera vite toute vos vélléités de shopping !

costa_izmir1

GRÈCE : ATHÈNES ET LE PIRÉE

costa_athenes
Athènes vue de l’Acropole

Nous revenons en Grèce toujours avec plaisir… Même si, une fois qu’on connaît l’Acropole, ses vestiges et son musée, ou Plaka et ses tavernes attrape-touristes, la ville d’Athènes n’est pas très attractive : plutôt un « passage obligé » pour rejoindre Le Pirée et tous ses ferries faisant route vers les belles Cyclades ou autres îles paradisiaques… Cette fois, nous sommes arrivés au Pirée avec le Costa Pacifica et notre vue du port s’est quelque peu modifiée : l’impression est totalement différente et non dénuée de charme… De plus, le bus touristique que nous empruntons pour nous rendre jusqu’à la capitale passe par un joli petit port que nous n’avions jamais eu l’occasion d’admirer… Le soleil est au rendez-vous et la journée grecque sera particulièrement agréable.

costa_plaka
Au coeur touristique d’Athènes, le quartier de Plaka
costa_piree
Le joli port du Pirée et le Palais du Gouvernement

costa_gouvernement

ITALIE : CIVITAVECCHIA ET ROME L’ÉTERNELLE

costa_trevi
Fontaine de Trevi et la Place Saint-Pierre sous la pluie

costa_vatican

Les Dieux ne sont pas avec nous pour cette fin de croisière et des trombes d’eau s’abattent sur la Cité Eternelle… Du port de Civitavecchia, il est très facile de rejoindre Rome en train (9 €/personne) et de pouvoir déambuler toute une journée sur des lieux mythiques comme Piazza Navona et sa Fontaine des quatre Fleuves, la Fontaine de Trevi ou encore le Vatican… Nous connaissons déjà Rome, mais pour les croisiéristes qui découvrent, ces cieux peu cléments sont une véritable frustration.