PYRENEES ROAD TRIP

gavernie_grange
Cirque de Gavarnie (Photo Pierre Meyer)

Parce que les Pyrénées n’ont pas de frontières et que la montagne a toujours été un lieu d’échanges et de rencontres à travers les hommes, le département des Hautes-Pyrénées et la province de Huesca (Haut Aragon) se sont réunis pour proposer un programme commun d’itinéraires transfrontaliers autour du « Pyrénées Road Trip » que « Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement » nous a invités à découvrir.

canyon1

Pour la première fois, en France, un organisme officiel de tourisme, « Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement » créé un réceptif « La Boutique des Hautes-Pyrénées » qui propose des séjours « clés en mains » pour des vacances sur mesure adaptées à tous les types de clientèles. La Boutique fournit un Road Book, rédigé comme un carnet de voyage journalier, avec les bonnes adresses, les idées de balades, les belles rencontres, les sites à visiter… Chaque formule est 100% personnalisable en fonction des rythmes, des envies, des budgets de chacun.

tourmalet4
Colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été !

La Boutique peut proposer différents types d’hébergements (hôtels 1 à 5 étoiles, chambres d’hôtes, insolites…) et créer intégralement un itinéraire personnalisé en fonction des attentes de chacun. Elle conseille les clients pour le choix des étapes et réserve les différentes prestations selon leurs souhaits. Au bout du fil et par mail, des spécialistes de la destination répondront à toutes vos attentes ! Sites : pyrenees-trip.com ou tourisme-hautes-pyrenees.com


Notre itinéraire entre France et Espagne commencera par Lourdes, mondialement connue, puis le mythique Col du Tourmalet, le Cirque de Gavarnie inscrit au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, le Pic du Midi, Saint-Lary d’où l’on rejoint l’Espagne à la sortie du tunnel d’Aragnouet-Bielsa… Les canyons d’Anisclo et d’Ordesa, la jolie ville d’Ainsa puis retour en France dans les Vallées du Néouvielle et du Louron pour finir dans les douces eaux des piscines de Balnéa… Une bien belle balade de trois jours, juste pour donner l’envie d’y revenir !

Lourdes, la mystique…

lourdes4

Chaque année, plus de 6 millions de visiteurs viennent du monde entier dans cette petite ville des Hautes-Pyrénées, où le 11 Février 1858, une paysanne de 14 ans, Bernadette Soubirous vit apparaître – dans la Grotte de Massabielle – la Vierge sous les traits d’une «petite demoiselle enveloppée de lumière qui la regarde et lui sourit». Dix-sept autres apparitions suivront… Devenue une icône, véritable « people » avant l’heure, Bernadette, qui veut fuir cette notoriété, quitte Lourdes à 22 ans pour entrer au couvent Saint-Gildard à Nevers où elle meurt en 1879 à l’âge de 35 ans. Elle est canonisée en 1933 par le pape Pie XI non en raison des prétendues apparitions mais eu égard à sa foi et à sa vie religieuse.

lourdes1

Aujourd’hui, le Sanctuaire rassemble de nombreux lieux de prière dont trois basiliques : la basilique de l’Immaculée Conception perchée sur le rocher de la grotte, la basilique du Rosaire aménagée dans l’espace inférieur et la basilique Saint Pie X souterraine, construite sous l’esplanade qui est considérée comme l’un des plus vastes sanctuaires du monde pouvant accueillir 20 000 pèlerins.

lourdes6

Les lieux attirent la foule des fervents pèlerins venus implorer une aide divine à leurs problèmes. La file d’attente de tous ceux qui veulent approcher la grotte, endroit exact des apparitions est impressionnante : valides, invalides, fauteuils roulants, enfants, jeunes, moins jeunes, religieux en habits…Tous adressent leurs vœux à cette roche humide avant d’aller offrir un cierge… Nous avons pu assister, à 21 heures (C’est pareil tous les soirs) à cette marche aux flambeaux qui rejoint l’esplanade… Etant définitivement athée et hermétique à toute manifestation d’ordre religieux, je dois reconnaître qu’une certaine énergie positive émane de ces prières qui sont aussi des symboles de fraternité entre les hommes !

lourdes3

Outre cet attrait religieux, Lourdes est la seconde ville, après Paris pour sa capacité hôtelière et «Grand Site» de Midi-Pyrénées grâce à un riche patrimoine historique et naturel : son château fort médiéval édifié sur un piton rocheux domine la ville et offre un sublime panorama. A l’intérieur, un écomusée pyrénéen rappelle l’empreinte légendaire de Charlemagne mais aussi les us et coutumes du pays. Le Lac de Lourdes, d’origine glaciaire, est aussi un but d’excursion et le Pic du Jer, que l’on atteint en téléphérique est un spot de descente VTT réputé accueillant des compétitions internationales ! Site : lourdes-infotourisme.com

lourdes7
La Mairie est composée de trois maisons bourgeoises du début du 20ème siècle regroupées. Lors de notre passage, elle arborait les couleurs « d’Octobre Rose » : la Ville de Lourdes s’engage dans une démarche de santé publique en organisant l’opération « Octobre Rose » chaque année au profit du dépistage du cancer du sein.

COUPS DE COEUR

Le Grand Hôtel Moderne, « The Palace » fleuron de Lourdes

lourdes2Construit en 1896 sur commande du neveu de Bernadette Soubirous, Jean-Marie, Le Grand Hôtel Moderne offre une architecture baroque classique et un intérieur « Art Nouveau » réalisé par Louis Majorelle (Se souvenir des « Jardins de Majorelle » à Marrakech où repose Yves Saint-Laurent… Mais là, il s’agissait du peintre, son fils, Jacques !).

A son ouverture, le palace fut l’un des premiers hôtels du Sud-Ouest à proposer des salles de bain privées avec eau chaude ! Tout le gratin européen – que l’on ne qualifiait pas encore de « Jet set » – fréquenta les lieux : écrivains, artistes, philosophes… On y photographia même Albert Einstein ! Aujourd’hui, l’hôtel est la propriété d’industriels italiens, la famille Tedesco, qui a entièrement relooké l’édifice et met à l’honneur, côté restaurant, les saveurs du Sud de l’Italie autour de plats méditerranéens mais aussi des recettes pyrénéennes.

A l’heure du dîner, la salle était remplie de femmes bénévoles « chics » venues assister les pèlerins… Ambiance d’austères blouses blanches et de petits bérets assortis assez surréaliste dans ce cadre fastueux… Site : grandhotelmoderne.com

Le rêve de la Villa du Parc à Argelès-Gazost…

villa_parcArgelès-Gazost, c’est à 10 minutes de Lourdes mais aussi au cœur du Parc National des Pyrénées… « Cette maison, expliquent nos hôtes, fut construite comme « Maison de Vacances » en 1890 par un niçois qui voulut aussi lui donner un petit air de Toscane, sa région d’origine… Tout jeunes, dit Agnès, Patrick et moi, passions devant la bâtisse avec envie : cette belle demeure était toujours fermée, sans signe de vie à travers sa grille… Bien mystérieuse… Nous avions comme projet, il y a cinq ans, de créer une structure de cabanes dans les arbres… Au dernier moment le permis de construire est refusé… Je parcours alors un site de petites annonces en ligne et y voit… La maison de nos rêves en vente ! Nous allons, au hasard y jeter un œil et tombons sur le propriétaire avec lequel nous sympathisons… L’affaire est rapidement réglée et nous nous mettons à restaurer la belle endormie ! Le marbre rose des Pyrénées qui orne l’entrée est le témoin de savoir faire locaux traditionnels.

Nous y avons réalisé deux chambres et deux suites et nos hôtes peuvent apprécier les 2.000 m2 de jardin à l’ombre des vieux pommiers et des magnolias ».  Sur demande, Agnès et Patrick font aussi table d’hôtes. Au petit déjeuner, tout est fait maison : des yaourts au pain en passant par les gâteaux et les confitures ! Une bien belle adresse et des propriétaires aux petits soins ! Site : lavilladuparc.fr

Les Mounaques de Campan

mounaques_coupleSur la route D918 qui va nous conduire au Tourmalet, nous traversons un village célèbre pour ses poupées à grandeur humaine : Camplan et ses mounaques (signifiant « poupées » en occitan) qui ornent tous les balcons pendant la saison estivale ! La tradition a été reprise dans les années 90 par un groupe de villageois réunis en association pour perpétuer la coutume. Fabriquées en chiffon, tissu et foin, ces poupées représentent les personnages de la vie pastorale et quotidienne et leurs visages, peints à la main, sont uniques. La légende veut qu’au village, les jeunes gens se mariaient entre eux… Si tel n’était pas le cas, tous les habitants se mettaient à manifester leur humeur pour mettre le « charivari » et empêcher les mauvaises unions… La maison des futurs époux recevait un couple de Mounaques sensées être affublées de tous les défauts des promis ! L’enthousiasme est tel pour ce retour en grâce que l’association vend ses créations sur son site mounaquedecampan.com) !

Le Col du Tourmalet : Un sommet mythique

tourmalet2

Le Tourmalet, avec ses 2 115 m d’altitude est le col routier le plus élevé des Pyrénées. Le premier coureur cycliste à l’avoir franchi en 1910 est Octave Lapize. Sa statue monumentale de 3 mètres de haut est appelée « Le Géant du Tourmalet ». A l’automne, elle descend passer l’hiver dans la vallée et son retour au sommet le premier week-end de juin est prétexte à une festive randonnée cycliste !

tourmalet1

De multiples anecdotes jalonnent la montée du Tourmalet : en 1913, Eugène Christophe, dit « Le Vieux Gaulois » à cause de sa grosse moustache fut renversé par un véhicule de la caravane : la fourche brisée, il mit son vélo sur l’épaule et redescendit pour réparer lui-même… C’est là aussi que 56 ans plus tard, Eddy Merckx deviendra le « Cannibale » ! Il n’y a pas de « Tour de France » sans épreuve pyrénéenne…

Le Cirque de Gavarnie inscrit

au Patrimoine Mondial de l’Humanité

gavernie1

Né il y a cinquante millions d’années d’érosions pluviales et glaciaires, il forme le site de « Gavarnie-Mont-Perdu » inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco avec ses voisins Estaubé et Troumouse adossés aux canyons du Haut Aragon. Gavarnie est le plus spectaculaire d’entre eux avec ses 5.5 kilomètres de diamètre, ses murailles verticales de 1500 mètres de haut, ses 16 sommets dépassant les 3.000 m et ses centaines de cascades… Dès le 16ème siècle botanistes, scientifiques, peintres ou poètes s’intéressent à Gavarnie qui devient le berceau du Pyrénéisme. Mais celui qui le rend légendaire est Victor Hugo, qui le qualifie « d’objet impossible et extraordinaire, de colosseum de la nature ». Site : gavarnie.com

gavernie3
Gavernie (Photo Pierre Meyer)
Le Cirque de Troumouse et l’Auberge de La Munia

chapelle_heas

soazNous voici au Cirque de Troumouse, moins connu que son voisin mais aussi spectaculaire… Un explorateur du 18ème siècle calcula qu’il pourrait contenir 10 millions d’hommes ! Nous sommes dans le hameau d’Héas dont la jolie chapelle (ci-dessus) fut longtemps un lieu de pèlerinage… Mais ici, nous avons un objectif plus terre à terre : déjeuner – dans ce cadre exceptionnel – chez Philippe et Soizic, à l’Auberge de la Munia du nom du Pic qui la domine… Des personnages comme on les aime au parcours montagnard de gardiens de refuges et qui ont repris l’affaire au début de l’été. Leur cuisine est celle du terroir : bonne et généreuse comme leur humeur et leur charisme ! Une immense omelette aux cèpes à peine cueillis, les belles truites saumonées, des salades géantes accompagnées des petits vins de pays sur une terrasse panoramique et pleine de soleil un 7 Octobre… Qu’espérer de plus ? Que nos lecteurs les découvrent rapidement ! Site : aubergedelamunia.com

Le Pic du Midi,

« Réserve Internationale de Ciel Etoilé »

picmidi7

Le téléphérique, au départ de la gare de La Mongie, nous transporte à 2.877 mètres en 15 minutes : au sommet, 750 m2 de terrasses aménagées permettent de contempler un incroyable panorama à 360° sur la chaîne des Pyrénées. Des tables d’orientation et d’interprétation aident à décrypter l’horizon et par beau temps, on voit même les contreforts du Massif Central !

Plus de vidéo..

picmidi8Depuis 1873, des hommes étudient les astres à l’Observatoire du Pic du Midi. Construite en 1908, la coupole Baillaud est  le  centre  de  l’espace  muséographique  le  plus  haut  d’Europe tandis que le télescope Bernard Lyot permet – depuis 1931 – de mieux connaître les étoiles et les galaxies. L’exposition permanente nous fait découvrir l’obstination, le travail acharné et la passion de tous ceux qui – depuis 140 ans – ont œuvré à aménager les lieux !

Ouvert en 2000 au grand public, le Pic du Midi a été classé en 2003 comme site naturel national au titre de la beauté de son paysage. En 2013, il a été labellisé « Réserve Internationale de Ciel Etoilé », la 1ère de France.

picmidi6Côté nouvelles technologies, une application  est disponible  sur  Smartphone  téléchargeable et gratuite (En 5 langues) permettant de préparer la visite grâce aux prévisions météorologiques aux webcams et à un module de réalité augmentée pour découvrir en direct les sommets visibles depuis les terrasses du Pic du Midi.

Enfin, côté adrénaline, du 1er Juillet au 30 Septembre, les Vététistes peuvent s’élancer du Pic du Midi pour une descente non stop et un dénivelé de 1.700 mètres ! Site : picdumidi.com

picmidi3
(Photo N. Strippe)
Passer la nuit dans les étoiles…

picmidi5Le Pic du Midi propose 15 chambres avec vue sur la chaîne des Pyrénées où quelques « Happy Few » peuvent passer 24 heures d’exception (A condition d’en faire la demande longtemps à l’avance !). Les meubles sont signés Starck mais le caractère spartiate des logements de scientifiques y a été conservé pour plus d’authenticité. Observer à l’œil nu, observer au téléscope… Dîner au restaurant où le Chef Marc Berger vous servira des produits labellisés et AOC de la région… Et le matin, profiter du lever de soleil et découvrir les coupoles scientifiques pour partager quelques moments de la vie des chercheurs ! Ce sera pour une autre fois…

Saint-Lary : une histoire de famille

pour Jean-Marie Mir !

saintlaryot
Située au cœur de Saint-Lary, la majestueuse fontaine d’acier se couvre de glace aux premiers frimas

Saint-Lary c’est à la fois un véritable petit village frontalier qui vit à l’année avec ses commerces, ses hôtels, ses restaurants, mais c’est aussi l’une des plus importantes stations des Pyrénées. Avec sa centaine de kilomètres de pistes très accessibles aux débutants et aux enfants et son snowpark réputé auprès des freestylers.

pergola_mir

« Saint-Lary, dit Jean-Marie Mir, c’est toute l’histoire de ma famille ! Il y a d’abord le frère de mon grand-père, Vincent Mir (Mort en 1997) qui créa la station voici 60 ans, puis ma cousine, Isabelle, une des plus grandes descendeuses de l’histoire du ski français qui remporta 9 victoires en Coupe du Monde…

pergola_platTout a commencé par le plaisir d’entreprendre de Vincent, véritable visionnaire, qui en fut Maire de 1944… à 1991 ! Il y a eu d’abord de grands travaux autour des barrages hydro-électriques, puis la création du téléphérique, celle des Thermes… Pour ma part, j’ai repris l’affaire de ma grand-mère en 2006 ». Ex-rugbyman, comme presque tous les pyrénéens, Jean-Marie s’entoure de professionnels pour gérer son hôtel comme son restaurant. Ainsi, avons-nous pu vérifier la qualité de sa table à des tarifs très sages (28 € le Menu du Marché). Coups de cœur particuliers au « Pressé de Boudin Noir de Bigorre, foie gras et pommes » (Notre Photo) et au « Confit de Noir de Bigorre à l’ail et au piment d’Espelette ». Une bonne adresse pour aller skier cet hiver dans les Pyrénées : hotellapergola.fr

Tout savoir sur le Porc Noir de Bigorre

pergola_jambonCe soir, au Restaurant « La Pergola », nous avons rendez-vous avec Jean-Michel Coustalat, producteur et Président du Consortium du « Noir de Bigorre », qui va nous expliquer le retour en force de ce porc emblématique dont la trace est attestée depuis l’Antiquité… « Personne n’y croyait, dit-il : en 1981, il restait 34 truies et 2 mâles chez 20 éleveurs ! Le goût du consommateur pour une viande moins grasse avait quasiment détruit la filière au profil du porc blanc… Aujourd’hui, c’est justement ce gras, devenu un atout de goût qui fait la spécificité de nos jambons. Nos porcs sont les cousins germains des fameux « Pata Negra » espagnols !

Depuis plus de 30 ans, le Consortium du Noir de Bigorre qui fédère tous les partenaires, éleveurs, artisans, charcutiers et salaisonniers et les représentants de la Confrérie lutte pour la reconnaissance du produit. Première victoire, l’an dernier à Noël : l’AOC Jambon Noir de Bigorre et l’AOC Porc Noir de Bigorre sont homologués par le Ministère de l’Agriculture. Ces deux reconnaissances nationales laissent espérer une future AOP de l’Union Européenne. Notre cochon, poursuit Jean-Michel, a un potentiel aromatique et gustatif que les autres n’ont plus : c’est le foie gras d’il y a 50 ans ! Ici, nous avons un microclimat qui favorise le séchage à l’air libre. La fabrication de nos jambons répond à un cahier des charges strict et comprend quatre phases : le salage, le repos, le séchage et l’affinage ». Après toutes ces informations, il fallait bien passer à… la dégustation ! Effectivement, ce jambon est inoubliable : même le gras mêle toutes les senteurs, tous les parfums subtils qui prennent racine dans la terre pyrénéenne ! Jean-Michel Coustelat gère une petite entreprise familiale et propose une boutique en ligne : lavignecoise.com


On quitte Saint-Lary par la Vallée d’Aure pour emprunter le tunnel Aragnouet-Bielsa (long de 3 kilomètres) qui mène directement en Espagne aux canyons d’Añisclo puis d’Ordesa, région du Haut Aragon.


Le canyon d’Añisclo, l’Espagne sauvage

canyon_anisclo1
(Photo J.G. Soula)

Le minibus atteint une petite route sinueuse en balcon. Bonne nouvelle : elle est à sens unique ! Les gorges du Rio Vellos se nichent dans un chaos de roches et de végétaux. Une balade pédestre facile et bien aménagée permet de descendre un peu plus dans la faille pour rejoindre « La Ermita de San Urbez », un refuge troglodyte où selon la légende, aurait vécu le saint, emblématique du Haut Aragon. Malheureusement, nous n’avons pas le temps d’aller plus loin… Next time !

Le grand canyon d’Ordesa, Colorado Pyrénéen

canyon_ordesa
(Photo Pierre Meyer)

« Le Parc National d’Ordesa et du Mont-Perdu » (En Espagnol « Parque nacional de Ordesa y Monte Perdido » fait partie de la « Réserve de Biosphère » de l’Unesco et s’inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial au double titre de « paysage naturel » et « paysage culturel ». Il se trouve juste de l’autre côté de Gavarnie !

Le grand canyon d’Ordesa, unique en Europe, prend des airs de Colorado avec ses falaises minérales, ses cirques, ses cascades ou ses « fajas » véritables balcons panoramiques ! On a, immédiatement, l’envie de s’intégrer à ce décor de western pour explorer le fond du canyon où dévale un « Rio Grande »…comme dit la chanson… Mais John Wayne ne nous y attend pas… Seul le vautour nous a remarqués… Une autre fois alors…

Ainsa, la Belle Médiévale

espagne_ainsa2

Capitale de l’ancien Royaume de Sobrarbe uni au Royaume d’Aragon au 11ème siècle, Ainsa constitue un magnifique exemple d’urbanisme médiéval. Classée « Site Historique » sur son piton rocheux, elle regroupe dans sa vieille ville un ensemble de maisons harmonieusement agencées d’où se détachent la tour de la Collégiale et l’enceinte du château. Elle conserve la presque totalité des remparts qui l’entouraient tandis que ses rues sont entièrement pavées. La Plaza Mayor est un exemple typique de bourg médiéval avec ses arcades et ses belles façades de pierre.

espagne_ainsa

Chaque année, en septembre, on organise une mise en scène de la lutte entre Maures et Chrétiens, « la Morisma » (La foule mauresque) qui commémore la reconquête de la localité sur les musulmans en 724.


COUP DE CŒUR


Le Monastère de Boltaña

monastere_hotel

A côté d’Ainsa, l’Hôtel Barceló Monasterio de Boltaña est le résultat de la rénovation (en 2005) d’un Monastère Carmélite datant du 17ème siècle. Il dispose de tout le confort que l’on peut attendre d’un 5* (spa, restaurant gastronomique, salles de réunion…) et d’un cadre idéal au bord du fleuve Ara. Dès l’entrée, l’immense cour de l’ancien cloître aux murs de pierre reçoit une verrière transformant un lieu austère en un puit de lumière. Avec son service de location de vélos, c’est également le point de chute parfait pour découvrir les pistes cyclables de la Huesca. Site : monasteriodeboltana.es/fr


Retour en France, pour notre dernière étape…


La Réserve Naturelle du Néouvielle

neouvielle_leslaquettes
(Photo H. Orriols)

La Réserve du Néouvielle est protégée depuis 1936, bien avant la naissance du Parc National des Pyrénées. Les sommets granitiques contrastent avec le paysage parsemé de sapins et ponctué de 70 lacs. Son orientation au sud l’expose à des influences climatiques méditerranéennes. Ici vit l’euprocte des Pyrénées, un gros triton contemporain de l’époque des dinosaures ! Plus familiers, les renards solitaires, isards, marmottes, les vautours fauves et gypaètes barbus, les grenouilles rousses et crapauds accoucheurs sont parmi les habitants de ces belles forêts. C’est aussi le domaine de la randonnée et le tour du Néouvielle se fait de refuge en refuge (5 refuges gardés dans le Massif).

neouvielle_barrage

Une dernière balade au barrage de Cap de Long (Notre Photo J.G. Soula), l’un des plus importants des Pyrénées avec sa capacité de 67 millions de m3, ses 100 mètres de haut et ses 40 kilomètres de galeries creusées dans la montagne ! La construction du barrage a duré 7 ans (1946 à 1953) et a employé plus de 6.000 ouvriers !

Balnéa et la Vallée du Louron

balnea_inside

Le centre de Thalasso Balnéa, créé en 2000 au bord du lac de Génos-Loudenvielle est le complément parfait d’une journée de ski à Peyragudes ou à Val Louron mais aussi une destination à part entière avec ses eaux naturellement chaudes et ses différents «Espaces Thématiques» intérieurs ou extérieurs comme les Bains Amérindiens (nage à contre-courant, geyser, lits à bulle, douches ludiques, cascade…), les Bains Incas (Espace ludique et exotique), les Bains Romains (Jets toniques, bains bouillonnants, cols de cygne, hydro massages, massage aquatique, hammam…) ou les Bains Japonais zen et leurs deux saunas de verre à la vue panoramique. Côté soins du corps, l’Espace Tibétain offre plus de 30 soins personnalisés. Un centre de remise en forme où vous pourrez aussi vous restaurer et apprécier des mets respectant l’équilibre alimentaire. Site : balnea.fr

La Garbure : soupe ou plat complet ?

garbureElle variait d’une maison à l’autre et suivait le rythme des saisons, avec les ressources du potager et du saloir. Le principe de sa recette consiste à faire cuire longuement un assortiment de légumes et de viandes en général confites. Servie comme potage ou comme plat de résistance, la garbure était cuite et recuite chaque jour au feu de bois… et son goût s’améliorait au fil des cuissons ! Aujourd’hui, on la retrouve sous différentes formes : d’un simple consommé servi en entrée dans les restaurants gastronomiques à une soupe plus rustique où choux, carottes, haricots tarbais se mêlent au confit de canard et au lard de Porc Noir.

Il y a de multiples versions qui se contredisent concernant l’étymologie de la « Garbure » : certains y voient la descendance d’un plat wisigoth – Ward Burt – à base de jeunes pousses de chou vert (brust que l’on retrouve dans le terme « broutes », c’est-à-dire les secondes pousses de chou). D’autres établissent une filiation avec l’espagnol « garbias » signifiant ragoût. C’est l’origine la plus communément admise. Le félibre Simin Palay (1874-1965) préfère associer la garbure à gerba (gerbe) qui évoque l’éventail de légumes constituant la base même de la garbure. Enfin, le dictionnaire Robert, qui atteste l’apparition du terme dès 1750, établit une ascendance remontant au gascon “garburo” repéré déjà au 12ème siècle… L’embarras du choix !

Coup de cœur : La Table de Saoussas à Loudenvielle

Ici, la carte suit les saisons et reste fidèle au Sud-Ouest. Cathy vous dira que la meilleure garbure, c’est celle où la cuillère tient debout ! Nous l’avons testée : un vrai régal, ainsi que le foie gras poêlé aux pommes (Notre photo ci-dessus)… Tout à côté de Balnéa : une variante pour se « lâcher » gastronomiquement ! (Réservations : 05 62 99 96 40)

saintlary_cepes PYRENEES
Les cèpes, rois du marché de Saint-Lary !

* Un grand MERCI à Corinne Rixens, Responsable de la Communication de Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement qui a organisé et accompagné ce reportage qui laisse juste le goût d’y revenir !

© Dany Antonetti/Gérard Antonetti – All rights reserved – 2016

Plus d'images...