Vosges : « Prendre les eaux à Contrex »

Avec sa proche voisine, Vittel, la station thermale de Contrexéville jouit d’une eau appréciée depuis l’Antiquité Romaine ! Nous sommes en Lorraine, à l’Ouest des Vosges, au fond d’un vallon. Si j’ai choisi la destination pour venir « y prendre les eaux » c’est pour essayer de gommer les reliquats de mon précédent reportage à bord de « la Belle de Cadix », au fil de l’eau entre Andalousie et Portugal, où gastronomie et oenologie se conjuguaient harmonieusement !

Me voici dans la peau d’une patiente ordinaire avec son agrément « sécu » entériné facilement par la caisse… Le parcours du curiste lambda est simple : d’abord aller consulter le médecin thermal qui va étudier votre profil et prescrire les soins en fonction de celui-ci. Il y a 4 soins par jour accordés et pris en charge… Si vous en voulez plus, faudra sortir la CB… On m’explique qu’avant la Sécu était beaucoup plus généreuse… Ce qui,  à priori me semble bizarre, c’est que le pauvre curiste n’a même pas accès aux piscines du spa… « Question de responsabilité civile, argue le directeur » On peut l’entendre… En complément, l’OMS (Office Municipal des Sports) propose un programme hebdomadaire de qualité mêlant sports, culture, bien-être… Des marches en forêt, de la marche nordique, du vélo assisté, des activités matinales d’oxygénation, gym, stretching, conférences diététiques… En fin de journée, sophrologie, relaxation, méditation… Tout cela (et encore plus) au tarif unique de 120 € pour les 3 semaines que dure le traitement aquatique.

Emmitouflée dans le grand peignoir blanc mis à la disposition des curistes et armée de mon verre-mesure 25 cl, me voilà prête à boire mes 2 litres par jour (choisis aux différentes sources) et à suivre scrupuleusement les différents soins prescrits (72 en tout, soit 4/jour pendant 18 jours, les dimanches étant exclus)… L’ambiance est sympa, détendue et les personnes en charge des thermes bienveillantes… Ainsi s’écoulent les 3 semaines entre cure matinale et activités sportives d’après-midi… Ne pas oublier que l’apport calorique journalier ne doit pas excéder 1.400 calories… Un impératif non négligeable ! A l’heure du bilan, et sans avoir fait aucune entorse, seulement 2 kg perdus… en revanche, quelques centimètres en moins… et surtout un bien-être évident et une peau très douce !

Un peu d’histoire…

La Chapelle Anglicane

Au 18ème siècle, on parle beaucoup des bienfaits de l’eau… C’est alors que le Docteur Charles Bagard, qui a en charge la santé du Duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, ancien roi de Pologne, analyse les Eaux Minérales de Contrexéville, présentant son Mémoire devant la Société Royale des Sciences et des Arts. Quelques années plus tard (1773 ), un jeune médecin, issu de la faculté de Montpellier est nommé inspecteur des Eaux Minérales de Contrexéville. Bourgeoisie et noblesse lorraines accourent… En 1850, un curiste qui deviendra célèbre par la suite vient boire à la source : c’est Louis Bouloumié, le fondateur du domaine thermal de Vittel… Peu à peu, la station se crée et lorsqu’en 1881, la voie ferrée arrive depuis Paris, la notoriété de Contrex est lancée ! Le Pavillon des Sources est construit sur le style du Pavillon Baltard utilisant fer, fonte et verre. En pleine « Belle Epoque », Contrexéville inaugure ses palaces puis son casino (1900) inspiré du théâtre-casino de Monte Carlo de Charles Garnier. Une usine moderne est construite pour embouteiller l’eau minérale, la conditionner et l’expédier…

La Chapelle orthodoxe

Des personnalités du Gotha international se côtoient dans ce Contrexéville mondain : le shah de Perse, la reine Isabelle II d’Espagne, la grande-duchesse Wladimir de Russie (Tante de Nicolas II, elle se réfugia à Contrex lors de la Révolution d’Octobre et y sera inhumée avec sa famille)… de nombreux écrivains et politiques…

Le parc thermal de quatre hectares abrite la source du Pavillon, le temple protestant construit pour les curistes anglicans en 1893 par l’architecte François Clasquin, et l’église orthodoxe construite en 1909 pour la noblesse russe réfugiée !

De nos jours…

En 1992, le groupe Perrier propriétaire de l’embouteillage et de l’établissement thermal est acheté par Nestlé qui était déjà propriétaire de Vittel. Le groupe engage une réorganisation totale des deux sites hydrominéraux en créant une société pour protéger et garantir la qualité des eaux minérales, puis en cédant, en 2001, au groupe Partouche le Casino de Contrexéville, les Thermes et les domaines thermaux de Contrexéville et de Vittel, pour ne conserver que les usines d’embouteillage des eaux. Aujourd’hui, l’usine emploie 900 personnes et produit 600 millions de bouteilles par an (contre 500 millions en 1998 et 100 millions seulement en 1958). Les nappes phréatiques (dont le niveau baisse) situées sous Contrexéville et Vittel sont pompées en de nombreux endroits dans la ville et dans les villages alentours grâce à des stations de pompage appartenant au groupe… jusqu’à quand ?

La Galerie Thermale et les « Gousteurs d’eau » !

La Galerie Thermale, d’architecture néo-byzantine, a fêté son centenaire en 2010. Trois sources y jaillissent : La « Souveraine », la « Pavillon » (A l’intérieur de la Rotonde) et la « Chatillon Lorraine » à l’intérieur des Thermes. Et puisque ces eaux sont toutes différentes, la « Confrérie des Gousteurs d’eau de Contrexéville » a été créée – par hôteliers et commerçants réunis – en 1978 dans le même esprit que celle des « Taste vin » ! Une fois par mois (d’avril à octobre), la confrérie se réunit pour distinguer des curistes assidus et leur offrir médailles et diplômes ! On lève son verre… d’eau évidemment, à l’issue de la cérémonie ! 


RENCONTRES AVEC…


Philippe Casteran, initiateur de la Charte « Saveur-Minceur »

Philippe Casteran, manager de l’Hôtel-Restaurant familial « Hôtel de Lorraine » est aussi Président du Syndicat des Hôteliers et Adjoint au Tourisme de la ville. « Le forfait « Ligne » a été créé en 1979, dit-il, pour dynamiser la station qui périclitait… Notre objectif était de susciter de nouvelles habitudes alimentaires afin que nos hôtes retrouvent un poids de forme et continuent, chez eux, à se nourrir différemment ! Ici, nous n’affamons pas les curistes mais leur proposons 1.400 calories par jour réparties en 3 repas attractifs et savoureux qu’ils ont plaisir à déguster… J’ai créé un livre de mes recettes « minceur » toutes simples à reproduire ! ».

François Chalumeau, Directeur des Thermes

Auparavant Directeur de la SEM créée par la municipalité en 2011, François Chalumeau vient de racheter les Thermes avec un entrepreneur local, Laurent Lemond. « La ville souhaitait se désengager, dit-il, de cette pesante gestion et j’ai décidé de relever le challenge ! Après tous les achats, les rachats des groupes, de Perrier à Nestlé en passant par Partouche… le déficit se creusait. L’objectif est de revenir à l’équilibre budgétaire en 2019 en mieux commercialisant nos produits et améliorant les structures tout en pratiquant des tarifs abordables. Nous avons fait le choix de rester ouverts toute l’année afin de fidéliser une clientèle de proximité pour des courts séjours. Nos forfaits (de 2 à 5 jours) sont très compétitifs et se présentent en « packages » complets. Dès novembre, nous allons entreprendre des travaux afin de rénover le solarium, y ajouter des jacuzzis ainsi qu’un mur végétal. Nous attendons aussi, avec impatience, d’obtenir l’agrément rhumatologique qui nous permettra de nous orienter vers ces pathologies et les patients qui en souffrent… Notre autre projet est de construire un hôtel (4*) sur le grand parking directement connecté au centre thermal.

Notre spa (300 m2) avec son eau thermale à 32° offre de nombreux équipements : aquabike, bains bouillonnants, lits massants, douches cervicales, tapis de marche, vélo éliptique, trampoline… L’Institut de Beauté, intégré, dispose de marques de cosmétiques de renommée internationale : (Maria Galland, Ericson Laboratoires et la Sultane de Saba) ainsi que d’appareils anti-vieillissement à la pointe de la technologie. Nous avons tous les atouts nécessaires pour augmenter, d’une manière significative, la fréquentation ! »

Site et réservations : contrex-minceur.com et spa-contrexeville.fr


BALADES ALENTOURS


En forêt de Darney, la « Belle Roche »

Une belle balade en forêt avec Fabien, l’accompagnateur- conteur de l’OMS (Office Municipal des Sports) qui nous conduit à la « Belle Roche » appelée aussi « Roche des 12 Apôtres ». Elle représente les scènes de l’enfance et de la passion du Christ et a été sculptée par un tailleur de pierre local à la fin du 18ème siècle. L’anecdote est qu’elle a bien faillit être vendue à un riche Russe par la municipalité endettée…Heureusement, le curiste fortuné quitta les Vosges sans donner suite à son voeu d’achat impulsif… Mais le grés tendre s’altère rapidement et il faudra la sauver une 2ème fois !

Domremy-la-Pucelle, le village natal de Jeanne d’Arc

Identifié et reconnu très tôt dans la tradition locale comme la « maison de la Pucelle » (Née en 1412), le bâtiment est longtemps resté propriété de la famille de Jeanne. Des descendants de ses frères insérèrent sur la façade le linteau sculpté aux armes du Royaume de France sous le règne de Louis XII. Un intéressant centre d’interprétation « Visages de Jehanne » (Tel était l’orthographe de l’époque) vous immerge dans l’univers du moyen Âge et de la guerre de 100 ans.

En quittant le village, on visite, 2 km plus haut, la Basilique « Sainte-Jeanne d’Arc », église monumentale dominant la vallée de la Meuse érigée en 1881. Un témoignage évident du culte catholique consacré à la jeune héroïne brûlée vive en 1431 et canonisée en 1920 !

Grand, l’énigmatique Gallo-Romaine

Quelques kilomètres plus loin nous voici à Grand, la mystérieuse ! En effet, ce site archéologique pose bien des problèmes aux chercheurs… A l’écart des grands axes et sur un plateau calcaire couvert de forêts, comment les Romains ont-ils pu créer là une importante cité religieuse fortifiée, peuplée d’environ 20.000 habitants, dotée d’un amphithéâtre de 17.000 places et d’une basilique ?

La mosaïque (Découverte en 1883) qui devait constituer le sol de l’édifice a été laissée sur son emplacement d’origine. C’est l’une des plus étendues et colorées d’Europe occidentale, et probablement un temple très important dédié au dieu Apollon. Grand a reçu la visite de plusieurs empereurs romains, puis la cité est tombée dans l’oubli au cours du Moyen Âge. Aujourd’hui, les fouilles se poursuivent et les questions s’accumulent… L’amphithéâtre, mis à jour en 1963, fut restauré en 1995. Pendant des siècles, il a servi de carrière aux locaux…

Reportage : Dany Antonetti