La Drôme Provençale

Que vous sortiez de l’Autoroute (A7) à Orange ou à Bollène, vous vous retrouverez bien vite en Drôme Provençale, entre Rhône et Alpes, vignes et lavandes, oliviers et abricotiers avec, en toile de fond, le majestueux Mont Ventoux coiffé d’un léger voile blanc… Le charme des couleurs associé à celui d’un climat méditerranéen revendiquant l’omniprésence d’un soleil généreux s’unissent pour vous entraîner à la découverte de ce patrimoine naturel et architectural. Ici, la nature est généreuse et l’homme qui l’appréhende depuis des millénaires a su tirer parti de ses meilleurs atouts. Vous êtes au pays de l’huile d’olive, de celle – essentielle – de lavande et du délicieux vin des Côtes-du-Rhône fruité et parfumé…

Olivier
Embarquement immédiat à l’invitation du « Comité d’Expansion Touristique et Economique de la Drôme Provençale »qui œuvre au développement raisonnable et durable de la destination. Notre balade de deux jours nous conduira à NyonsArpavon ; puis, plus au Nord au village de La Charce, à Rémuzat, La Motte Chalancon, Villeperdrix… Pour explorer ensuite le Pays des Baronnies et s’offrir une dernière halte à Montbrison pour apprécier l’accueil raffiné et amical des chambres d’hôtes de Michèle et Pierre Mezin, les propriétaires du Mas de la Roche.
Nyons
Nyons, l’ensouleiado, capitale de l’huile d’olive…
Protégée par ses collines environnantes (Nyons, « l’ensoleillée » profite de 2.700 heures de soleil par an !), la petite bourgade doit sa célébrité à ses moulins à huile traditionnels demeurés opérationnels jusqu’à la fin du 20ème siècle ! Aujourd’hui, les meules, sur la Promenade de la Digue  longeant la rivière Eygues, se sont transformées en lieux de tourisme où la culture de l’olivier est expliquée aux visiteurs.
Nyons
Ainsi, le Moulin Dozol-Autrand, tout près du pont Roman est-il devenu une jolie boutique pédagogique proposant à la fois la vente des produits du terroir et le récit de son histoire humaine qui a vu passer 17 générations de mouliniers depuis 1750… Le pont Roman (et non Romain !) est un chef d’oeuvre de l’architecture médiévale (1409). Sa hauteur de 18 mètres et la longueur de son arche (43 mètres) en font un monument exceptionnel.
Nyons
Il faut savoir que l’olivier est présent en Provence depuis près de 8.000 ans avant J.C. : des feuilles d’oliviers fossiles datés de cette époque ont été retrouvées au Nord d’Aix-en-Provence (Le Musée de l’Olivier de Nyons en possède un exemplaire). Ce sont les Grecs, puis les Romains qui ont développé les méthodes de culture puis de fabrication de l’huile ! Jacques Dozol, que nous rencontrons au travail (occupé à la taille des arbres) dans l’oliveraie toute proche raconte : « Les vieilles meules se sont arrêtées de tourner en 1998 car les normes législatives devenaient intransigeantes. Un nouveau moulin a vu le jour alliant tradition artisanale et impératifs modernes. L’huile d’olive de Nyons Vierge Extra, 1ère Appelation d’Origine Contrôlée en France, est élaborée uniquement à partir des olives de la variété « Tanche » cueillies en pleine maturité (en décembre et janvier) et pressées à froid dans les quatre jours suivant la récolte. Il faut 4kg d’olives pour obtenir un litre d’huile de Nyons ». Internet : www.moulin-dozol.com
  Nyons

Autre symbole de Nyons, la Tour Randonne qui fut édifiée vers 1280 par la Baronne de Montauban. Situé sur un éperon rocheux, cet édifice d’architecture médiévale servait à la fois de donjon et de prison militaire au château. Rachetée par l’abbé Francou, la Tour fut reconvertie en chapelle (1863) et rebaptisée « Notre-Dame de Bon-Secours ». Depuis, une curieuse pyramide néo-gothique de trois étages d’arcades voit s’élever, à son sommet, une statue de la Vierge de 3,50 mètres de haut.

Arpavon : la Drôme Provençale à cheval…
Ranch
Le tourisme équestre fait partie des activités « phares » du département de la Drôme puisqu’il possède son propre site internet (www.drome-a-cheval.com) offrant d’infinies et pratiques possibilités de randonner aux cavaliers qui peuvent emprunter 2.500 km de sentiers balisés (boucles de 2 à 8 jours) et faire escale dans 48 relais-gîtes d’étapes… Parmi ceux-ci, le « Ranch du Rocher Roux » à Arpavon où Sandrine Brunaud vous accueillera dans un véritable « Saloon » ! Situé à 720 mètres d’altitude, au-dessus de la vallée de l’Ennuyé et de l’Aygues, le chalet de bois au parfum de far-west propose plusieurs formules : soirées-étapes avec cheval (ou pourquoi pas à pied à VTT ou encore à moto !), location de gîtes, table d’hôtes où seront servis les produits du terroir… Avec gentillesse et disponibilité, Sandrine sera à votre écoute pour organiser les séjours de vos rêves, faire transporter vos bagages, vous conseiller sur l’itinéraire… Internet : www.ranchrocherroux.fr
La Charce, son château et Philis…
Pour rejoindre La Charce, on emprunte la vallée de l’Oule. La Route Départementale 61 longe le lit de la rivière. Juste avant d’atteindre le vieux village, on aperçoit au bord de la route d’étranges formations rocheuses verticales : depuis longtemps ce phénomène est étudié par les géologues du monde entier qui viennent observer les couches mamocalcaires. Un projet d’aménagement du site appelé « serre de l’âne » est en voie de réalisation.
La Charce

Le château de La Charce a bien faillit disparaître de son promontoire rocheux. En effet, il a fallu 30 ans d’effort à la petite municipalité pour le faire inscrire aux Monuments Historiques (1981) mais surtout le restaurer (extérieurement seulement). Ce château bénéficie d’une légende : celle d’une héroïne du Dauphiné, Philis, propriétaire des lieux, qui – à l’instar d’une Jeanne D’arc – aurait en 1692 fait reculer, l’épée à la main, l’envahisseur savoyard. La réalité historique des exploits militaires est controversée mais la dame devint, au 18ème siècle, une véritable héroïne littéraire ! Voltaire, à sa mort (1703), la classe « parmi ces femmes vigoureuses et hardies qui ont osé combattre les hommes »… Aujourd’hui, l’Association « Les amies de Philis », constituée de femmes du village continue le combat pour faire avancer la réhabilitation du château et peut-être trouver des investisseurs.

La Charce
Le sympathique maire de La Charce, Laurent Haro, qui nous accueille dans sa mairie, ex-écurie du château, nous explique qu’il aimerait y voir réaliser des gîtes de caractère… Outre son titre d’élu, Monsieur le Maire est aussi Grand Maître de la Confrérie des Chevaliers du Tilleul des Baronnies (créée en 1986). Il veille à la sauvegarde des arbres parfumés et à promouvoir le précieux tilleul. L’élévation au rang de Dignitaire et de Chevalier se fait lors d’un Chapitre après avoir bu le « Castillou » et prêté le serment de la Confrérie : « Ut semper in Baronnis tilia vivat » (Que toujours le tilleul vive en Baronnies)…
Observer les vautours à Rémuzat
Vautour
  (Photos vautours Christian Tessier)
Nous avons rendez-vous – pour une sortie sur le terrain – avec Christian Tessier, de l’Association « Vautours en Baronnies » à l’Office du Tourisme de Rémuzat (D61) qui abrite aussi « La Maison des Vautours » où toutes les explications vous seront apportées sur ces oiseaux et leur retour dans le ciel drômois. Mais écoutons Christian, passionné par ces drôles d’oiseaux : « En 1981, dit-il, le départ dans le sud du département de la Drôme du dernier couple de vautours percnoptères marquait la disparition totale des grands rapaces charognards. En effet, hormis quelques observations sporadiques, le vautour fauve, le gypaète barbu et le vautour moine avaient disparu depuis déjà longtemps… Leur retour allait s’amorcer avec la réintroduction du vautour fauve dans le Massif des Baronnies en décembre 1996. 
VautourDepuis, la situation est totalement inversée puisque les quatre espèces (vautour fauve, vautour moine, vautour percnoptère et gypaète barbu) sont à nouveau observées dans le département. Les grands vautours (fauve et moine) ont besoin d’environ 400 gr de nourriture par jour. Mais lorsqu’ils s’alimentent, ils sont capables d’ingurgiter jusqu’à 2 kg de nourriture. Ils peuvent ensuite jeûner pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines. Ils évoluent sur toutes les montagnes du département et évidemment des départements limitrophes soit au moins sur 5.000 km. Sur les massifs des Baronnies, du Diois et du Vercors (partie drômoise) vivent environ 120.000 ongulés domestiques (ovins, caprins, bovins, équins, porcins) et environ 50.000 ongulés sauvages (sangliers, chevreuils, chamois, cerfs, bouquetins, mouflons). Les cadavres issus de ces troupeaux domestiques et sauvages pourraient représenter (s’ils étaient tous accessibles aux vautours) la nourriture annuelle de plus de 1.200 vautours. Ici, l’association « Vautours en Baronnies » a mis en place une collecte (par arrêté préfectoral) auprès des éleveurs de la région, sur un rayon de 20 km autour de Rémuzat. Cette collecte permet de mettre à disposition légalement des cadavres issus de l’élevage local. Au-delà de ce périmètre l’association a créé des placettes de nourrissage gérées par un éleveur (l’éleveur dépose le cadavre sur une placette aménagée sur sa propriété). Ces placettes n’empêchent pas la prospection des vautours et des curées « sauvages » sont régulièrement observées… ».
Vautours

Christian nous accompagnera sur le site d’observation du Rocher du Caire, lieu de prédilection des faucons parcouru toute l’année par ornithologues professionnels ou amateurs, enfants, groupes de passionnés, randonneurs… malheureusement les conditions météorologiques ne seront pas favorables à l’observation ni aux images… Internet : www.remuzat.com

Astronomie à La Motte Chalancon
AstronomieNiché à l’écart des grandes sources de lumière artificielle, le village de La Motte Chalancon a su protéger ses étoiles et conserver la pureté de son ciel. Ici, le Centre de Séjour « Le Val d’Oule » (une structure agréée Education Nationale, Jeunesse & Sport et Tourisme) créé par Gérard Szostak accueille les enfants, avec leurs enseignants pour des « classes d’environnement » mais il souhaite aussi développer des veillées « grand public » à la poursuite des étoiles… Eric, ou Brice, animateurs scientifiques, vous recevront au planétarium pour un voyage au pays des Années Lumière. A partir de témoignages d’agriculteurs locaux et de pratiques ancestrales, ils vous expliqueront l’influence des énergies sur la croissance des cultures, les légendes et traditions paysannes en rapport avec le ciel… Histoire de vous familiariser ou de vous perfectionner avec l’astronomie à l’œil nu, à la jumelle ou au télescope. Cette veillée est une prestation labellisée « Secrets de terroir » pour la qualité de l’accueil et son contenu. Sur notre photo, Brice explique les proportions des planètes du système solaire (Il tient Saturne dans une seule main) en comparaison avec le soleil (la grosse boule jaune !) Internet : www.valdoule.com
Gîte Drôme
 Le Gîte d’étape de Villeperdrix

Et, pour finir la journée, rendez-vous au Gîte d’étape de Villeperdrix chez Dominique et Jacky Donzet, une famille d’agriculteurs qui vous proposeront leur conviviale Table d’Hôtes riche des bons mets locaux. Le gîte propose de confortables chambres mais aussi des dortoirs et écuries pour les randonneurs équestres.

La Maison des Plantes Aromatiques à Buis-les-Baronnies
Buis

Nous voici arrivés au village de Buis-les-Baronnies, avec ses belles places, ses fontaines, ses platanes et ses arcades du 15ème siècle. Dans le fond du décor, les gorges d’Ubrieux et le rocher de Saint-Julien sont parmi les sites naturels les plus réputés pour la pratique de l’escalade sportive… Mais nous allons nous intéresser aux senteurs de la Drôme qui est le 3ème département botanique de France après les Pyrénées Orientales et les Alpes Maritimes !

Buis
La Maison des Plantes Aromatiques et Médicinales est située (avec l’Office de Tourisme) dans un vieil édifice de pierre blanche rehaussé d’une tour. L’animatrice botaniste, Virginie, nous explique qu’on recense, ici, 1.800 plantes différentes et que la Drôme est le premier département à transformer les plantes aromatiques de la lavande au tilleul (arbre-roi du village que l’on fête le 3ème samedi de juillet), du thym au romarin en passant par la sarriette… Au  premier étage, l’exposition « Voyage au Pays des Arômes » évoque deux siècles de tradition dans les Baronnies. Un orgue à parfum permet aussi d’exercer son nez aux différentes senteurs… Virginie nous démontrera ensuite la méthode traditionnelle de distillation de la lavande avec un mini alambic. « Il faut 300 kg de fleurs pour obtenir un litre d’huile essentielle de lavande, poursuit-elle ». La visite se termine par un « Jardin des Senteurs » extérieur. Internet : www.maisondesplantes.com
Lavande
Démonstration de la distillation de la lavande

Connaissez-vous les “Bistrots de Pays” ?
BistrotA 3 km de Buis-les-Baronnies, halte-déjeuner à La Roche-sur-le-Buis, village perché où le bistrot « La Terrasse » (Tél : 04 75 28 23 94) fait partie du réseau « Bistrots de Pays » de la Drôme Provençale. Laissez-vous séduire par ce bistrot, à la vue imprenable sur le rocher de Saint-Julien, alliant convivialité et cuisine de qualité. L’opération « Bistrot de Pays® » est une démarche originale mobilisant des établissements (bistrots, cafés, estaminets et autres débits de boissons) dans un projet de pays. Le Bistrot de Pays® a pour but, à travers un réseau local d’animation, de contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien – ou la recréation – du café de village multiservices de proximité. Un Bistrot de Pays® doit  : Être situé dans une commune rurale de moins de 2000 habitants ; Constituer le dernier – ou l’un des derniers – commerce(s) du village ; Être ouvert toute l’année ; Proposer, autant que possible, les services de base non assurés par ailleurs dans le village (tels que dépôt de pain, de tabacs, de journaux, petite épicerie…) ; Disposer des principaux documents d’information touristique locale ; Organiser des animations festives et culturelles (au moins 3 par an) ; Promouvoir les produits du terroir. Dans le cas où une restauration complète est assurée, proposer des repas où les recettes et les produits du terroir tiennent une place prépondérante ou proposer au minimum une restauration de type casse-croûte à toute heure, basée sur les produits régionaux. Internet :www.bistrotdepays.com

Randonnée en Baronnies
Randonnée Baronnies

Au-dessus du village, nous empruntons, avec Philippe Poirier, notre accompagnateur en montagne, le « Sentier de l’Aiguille », jolie balade familiale que nous abordons sous un beau soleil de mars. Philippe anime et encadre l’Association « Randos-Baronnies » issue de l’Association des Randonneurs de la Drôme Provençale. Un but : la promotion  et la découverte de la randonnée pédestre au cœur du massif des Baronnies (Drôme Provençale/Hautes Alpes), du Mont Ventoux et plus généralement en milieu méditerranéen et préalpin. Tout au long du parcours, notre guide prendra le temps de nous expliquer la flore, si riche et en totale renaissance en ce début de printemps, la faune grâce aux déjections des petits animaux, à la mue de la cigale ou encore aux trous laissés par le fougueux sanglier … Tout en nous situant géographiquement, les yeux émerveillés par la resplendissante apparition du Mont Ventoux en toile de fond. La randonnée encadrée par un connaisseur passionné du milieu naturel prend toujours une autre dimension… Internet : www.randos-baronnies.com

Montbrison : détente au Mas de la Roche
Montbrison

Véritable coup de cœur pour cette Seigneurie, construite sur la roche  au pied de la montagne de la Lance – et qui abritait, voici 7 siècles, les Marquis de Crochans. Michèle et Pierre Mezin sont tombés amoureux du Mas de la Roche aussitôt qu’ils l’ont vu. Depuis plusieurs années, déjà, ils oeuvrent à restaurer sa noblesse, pièce par pièce, et à vous faire partager leur passion. Ils y réussissent admirablement puisque leur maison a su retrouver son âme avec tout le confort qu’attendent aujourd’hui les voyageurs.

Montbrison
La chambre Coquelicot
Montbrison
La chambre Olivier
L’imposant porche d’entrée franchi, vous voilà dans l’ambiance : ici, les cheminées sont d’époque et les caves voûtées (Pierre y a aménagé un superbe espace “Bien-être” incluant jacuzzi, sauna, douche à jet et massages aux huiles essentielles). De la bergerie à la magnanerie, les grandes pièces ont gardé leur authenticité et invitent à la détente (billard, piano). Les vastes chambres (4 avec salles de bain privatives) sont thématiques et délicieusement décorées : Marine, Olivier, Tournesol ou Coquelicot…A l’heure du petit-déjeuner, le pain cuit par Michèle dans le four traditionnel s’invite à votre table, de même que les confitures-maison.
Jacuzzi
Détente au jacuzzi
  

Pour dîner, la Table d’Hôtes est aussi un moment privilégié propice aux échanges conviviaux à bâtons rompus avec des personnes d’horizons divers (Bonjour à Anne-Marie et Hans-Josef, d’Allemagne qui partagèrent notre repas !). Moment aussi pour apprécier pleinement une cuisine traditionnelle et savoureuse. Vraiment, une bonne adresse… Exemple de séjour « Bien-être » : 2 nuits + petit-déjeuners  incluant l’accès d’une heure au SPA (jacuzzi + douche à jet + sauna ) + séance d’1heure de massage californien aux huiles essentielles.Tarif par personne (base chambre double) : 115€ jusqu’au 31 avril et 125€ du 1er mai au 30 septembre. Internet : www.masdelaroche.com

LogoCe reportage a pu être réalisé grâce au Comité d’Expansion Touristique et Economique de la Drôme Provençale qui l’a organisé. Merci à ses animatrices Bénédicte Séguret et Jessica Dufour d’avoir été à l’écoute de nos demandes. Rappelons que l’Association accentue sa communication autour de 3 thèmes développés autour de 3 guides : Plein Air, Nature et Bien Etre ; Saveurs et Senteurs ; Patrimoine et Artisanat. Le Comité édite également une carte touristique où sont mis en évidence les sites et partenaires. SITE  : dromeprovencale.fr