HÉRAULT : Escale à Sète

Arrivée de l’Hermione au lever du soleil

« Escale à Sète », est un événement biennal (5ème édition en 2018) qui accueille, la semaine précédant Pâques, une grande manifestation maritime avec la présence d’une centaine de navires, des plus prestigieux comme l’Hermione ou le Kruzenshtern, aux petits voiliers occitans, italiens ou catalans… L’occasion de grandes festivités autour du village des traditions le long des quais. Ne manquez pas ce rendez-vous marin plein d’enthousiasme et de liberté : vous avez jusqu’à lundi 2 Avril pour vous y rendre !
Arrivée du Kruzenshtern

Il faut se lever tôt pour voir approcher les premiers voiliers… Nous embarquons sur « La Farandole » de Marc Dorgnon à 7 heures… Au début du printemps, l’air est encore frais ce matin à Sète ! La Méditerranée n’est pas d’huile : une petite houle bouscule l’embarcation et les embruns menacent… mais les premiers rayons de soleil font leur entrée avec l’Hermione et le Kruzenshtern en toile de fond ! Rêve idyllique du photographe… une petite frustration : toutes les voiles ne sont pas déployées… Cependant les couleurs du « sunrise » (lever de soleil) sont magnifiques ! Déjà le port de Sète est en vue… Une foule immense attend les premières unités pour une première ovation. Comme le veut la tradition, les voiliers donnent du canon et de la corne de brume ! La fête peut commencer…

A chaque édition, plus de 400 bénévoles oeuvrent, chacun suivant ses compétences, à la réussite de cette belle semaine. Il y a les gens en costumes, marins, pirates, capitaines, Lafayette en personne… Il y a aussi les « petites mains » qui ont créé ces costumes, les métiers d’antan (ferronniers, forgerons, pêcheurs…)… Une foule bariolée bien représentative de ce 18ème siècle qui vit Gilbert du Motier (Marquis de La Fayette) prendre la mer à bord de l’Hermione…

A propos de l’Hermione…

En 1778, dans l’arsenal de Rochefort (Charente Maritime) sur une cale de construction proche de la Corderie Royale, l’Hermione est mise en chantier… Frégate dite légère, elle est caractérisée par sa vitesse et sa maniabilité. Dotée de 26 canons tirant des boulets de 12 livres, c’est une “Frégate de 12”. Le 21 mars 1780, le jeune Général de La Fayette (23 ans) embarque pour son second voyage aux Amériques afin de prêter main-forte aux Américains luttant pour leur indépendance… 200 ans plus tard, un projet fou se concrétise avec la construction de la nouvelle Hermione, toujours à Rochefort, par un groupe de passionnés réunis en association. Après 17 ans d’efforts, l’Hermione reconstruite à l’identique quitte le chantier naval ! Pari réussi, mais aussi succès colossal et engouement véritable, dès sa mise à flot en 2014… Depuis 4 ans, l’Hermione est accueillie en « star » dans tous les ports où elle accoste ! Les billets mis en vente pour la visite du navire sont rapidement épuisés… d’où la déception de certains (même à Sète) de n’avoir pu obtenir le précieux sésame !

« Partie de Rochefort le 30 Janvier dernier, la frégate a été malmenée par les vents hostiles sévissant dans le Golfe du Lion déclare le Commandant Yann Cariou. Finalement, nous avons profité d’une accalmie pour rejoindre Sète à temps ! Ajoutant : Nous n’avons pas navigué en « pères peinards »… Référence à Brassens, l’un des Sétois les plus célèbres avec Paul Valéry ou Jean Vilar.

Lundi 2 Avril, l’Hermione mettra le cap sur Toulon où elle jettera l’ancre (5/9 Avril) puis à Marseille (12/16 Avril)… Elle rejoindra Rochefort, son port d’attache, le 17 Juin après son grand voyage en Méditerranée (Toutes les escales sur le site hermione.com).

La spécificité du navire est aussi d’être une expérience unique pour 350 matelots venus de pays et d’horizons divers (Etudiants en géologie, en informatique, en architecture, internes en médecine, ouvriers, demandeurs d’emploi, entrepreneurs, ingénieurs…) encadrés par des marins professionnels. Une grande aventure sportive et humaine gérée par l’association Hermione-La Fayette et l’Organisation Internationale de la Francophonie, via son mouvement citoyen de jeunes “Libres Ensemble”.

« La pêche, c’est l’ADN de Sète ! »

Rencontres avec  Jean-Gérald Lubrano, patron pêcheur et Olivier Carmes, Directeur Général du Port 

« Sur les 17 thoniers qui pêchent le thon rouge en Méditerranée française, 11 sont basés à Sète, explique Jean-Gérald Lubrano, et 80% des prises (faites entre Malte et Ibiza) sont engraissées dans des fermes aquacoles en Espagne. Ensuite, notre fameux thon rouge est revendu au Japon – à des tarifs souvent extravagants – pour le marché en vogue du sashimi. Nous avons droit à pratiquer cette pêche uniquement un mois par an (Fin mai à fin juin) et la bonne santé de l’espèce permet, aujourd’hui d’élever les quotas ! ».

« Outre la pêche et le frêt, poursuit Olivier Carmès, Directeur du Port, nous mettons aussi l’accent sur la croisière car notre potentiel de développement est immense. Nous travaillons en liaison avec la CCI et son groupe de réflexion « Destination Port de Sète ». Originaire de Normandie, Olivier Carmès dispose d’une solide expérience : d’abord directeur du port de pêche de La Rochelle, il dirigea aussi le port maritime de Guadeloupe. A l’issue des échanges conviviaux, nous avons pu tester le fameux thon rouge que les Japonais avaient épargné : succulent !

 

« Escale Assiette », un parrain prestigieux : Guy Savoy !

Le Chef 3* Guy Savoy est citoyen d’honneur de Sète : il y possède un appartement surplombant le Grand Canal. Inconditionnel de la ville, il adore sa cuisine simple aux produits frais de la pêche… « Ici, le patrimoine culinaire ne peut qu’inspirer un créateur ! Ensuite, poursuit-il, nous avons tous les apports culturels d’Italie, d’Espagne ou du Maghreb… Chaque famille a sa recette de tielle ou de macaronade… Je suis fier de mettre en avant cette gastronomie sétoise ».

En signant la Charte « Escale Assiette », les restaurateurs partenaires s’engagent à travailler des produits frais issus des filières locales… En baladant de stand en stand, au son des chants marins et musiques d’autrefois, vous saurez tout sur les « Zézettes », petits biscuits rigolos, les conserves artisanales Azaîs-Polito (rouille, brandade, soupe de poisson, moules et encornets farcis…) proposés à la dégustation ainsi, bien sûr, que les moules ou huîtres de Bouzigues arrosées d’un vin local !

Et si vous souhaitez vraiment vérifier l’authenticité et la fraîcheur de toute cette production, allez faire un tour aux Halles (Restaurées en 2013 suivant l’esprit Baltard) où vous retrouverez tous ces produits à la vente joliment exposés !

Aux Halles, le stand de pêche d’André di Maio

Reportage : Textes / Dany Antonetti – Photos / Gérard Antonetti


* Merci à Marie-France Parra, O.T. de Sète, pour l’organisation de ce reportage.

Liens : Office du Tourisme de Sète : tourisme-sete.com

Sorties en Mer : sorties-en-mer.com

PLUS D’IMAGES…