Norvège : croisière au Cap Nord

Nous avons embarqué (du 21 Juillet au 2 août 2022) en croisiéristes lambda à bord du Costa Fascinosa pour effectuer ce bel itinéraire longeant les côtes norvégiennes au départ du port de Kiel (Allemagne) au bord de la Baltique. Notre but était de rejoindre Kiel en voiture et de laisser notre véhicule dans un parking de la ville pour les 12 jours qu’allait durer la croisière. Récit de toutes les étapes «fascinantes» (comme le nom italien du navire !) et critiques objectives de l’expérience…

Après une journée entière de navigation, première escale à Alesund…
Alesund vue du sommet du Mont Aksla

Alesund et l’Art Nouveau

La jolie ville d’Alesund – considérée comme l’une des plus belles de Norvège – est la porte d’entrée de la région des fjords. Elle s’étend sur un archipel de trois îles : Heissa, Aspy et Norvoya entre les fjords Geiranger (Classé au Patrimoine Mondial par l’Unesco) et Hjorund. Fondée en 1824, c’est le débouché maritime du Sunnmore et un important port de pêche au hareng et à la morue.

Alesund doit, paradoxalement, sa renommée à une tragédie survenue le 23 Janvier 1904 lorsque ses maisons de bois furent totalement dévastées par un terrible incendie ! L’empereur d’Allemagne, Guillaume II qui y venait en villégiature, touché par l’évènement, y envoya à ses frais architectes et artisans allemands pour reconstruire la ville dans le style « Art Nouveau » de l’époque, le « Jugendstil » allemand.

Alesund ressortit rapidement de ses cendres parée de belles maisons en pierre et brique aux nombreuses tourelles, flèches et ornementations constituant un ensemble architectural unique et homogène. Ses rues font le bonheur de l’objectif ! Aujourd’hui, Alesund est membre du « Réseau Art Nouveau » au même titre que Barcelone, Bruxelles, Glasgow ou Vienne !

Autre attractivité d’Alesund : les 418 marches à flanc de colline qui conduisent au sommet du Mont Aksla d’où la vue panoramique à 360° est époustouflante. Les escaliers débutent dans le jardin municipal « Byparken » mais les moins sportifs peuvent aussi y monter… par la route grâce au bus touristique ! Nous avons choisi l’ascension plus authentique pour les prises de vues…

Nous approchons du Cercle Polaire (62° Nord) : en été, Alesund totalise 20 heures de jour tandis qu’en décembre elle bénéficie seulement de 5 heures de lumière ! Mieux vaut donc s’y balader en période estivale !

Comment

identifier un troll ?

Les trolls sont des géants malveillants qui ont une apparence monstrueuse ! Ils sont la puissance des ténèbres mais la lumière du jour les transforme en pierre ! Ils méprisent les hommes mais adorent les femmes… et surtout les princesses ! En revanche ils sont qualifiés de «plutôt bêtes» et tout le monde peut déjouer leurs plans maléfiques  !

 

 

Passage du Cercle Polaire Arctique !

Nous venons de franchir le « Cercle Polaire Arctique » ! Bien sûr, cela ne signifie pas grand chose côté navigation ! Au-delà de cette frontière imaginaire le soleil refuse de se coucher en été et disparaît en hiver … Nous avons pu apprécier cette fameuse nuit « sans fin » à bord avec un soleil de minuit époustouflant qui a perduré sans jamais disparaître : un spectacle inoubliable…

Honningsvag et le Cap Nord

Le Cap Nord vu du large !

Ce matin, nous accostons à Honningsvag. Ce petit port de pêcheur à proximité du 71ème parallèle a l’intérêt de pouvoir accueillir les bateaux de croisière à seulement une vingtaine de kilomètres du Cap Nord ! Le Cap Nord est officiellement le point le plus septentrional d’Europe, un rocher noir qui fait face à l’Océan Glacial Arctique.

Le Hall du Cap Nord propose une cafétéria et un bar avec vue panoramique sur l’Océan Arctique, une grande boutique, le bureau de poste le plus septentrional d’Europe avec son timbre spécial, un film panoramique illustrant les quatre saisons, une expo sur l’historique…et même une chapelle oecuménique !

Le Cap Nord où s’achève la route se situe à 71°10’21 ‘’. Sa température en moyenne est de 10° en juillet : ça calme sous nos canicules ! Une plate-forme (à 307 mètres de hauteur) domine l’Océan Glacial Arctique avec ce globe, édifié en 1977 devenu le symbole du Cap Nord. Un marin anglais, Richard Chancellor, baptisa le lieu en 1553 en cherchant une route pour… la Chine ! Il découvrit ainsi le « Bout du Monde »… et l’exploitation touristique commença dès 1893 ! La route du Cap Nord « Nordkappveien » fut ouverte en 1956. Aujourd’hui tous les touristes y arrivent même si son appellation de « Toit de l’Europe » est contestée par de multiples mesures scientifiques !

 

Les Sami sont la plus ancienne minorité des pays nordiques dont l’origine est mystérieuse et remonterait à des milliers d’années avant J.C. Le Sami est toujours considéré comme la résidence géographique et culturelle des Samis. Un pays sans frontière qui s’étend de Hedmark au sud-est de la Norvège à la péninsule de Kola au nord-ouest de la Russie ! Il existe de nombreux groupes et variations mais ils ont tous en commun l’idée de préserver l’équilibre entre les hommes et la terre sur laquelle ils vivent… Leur chant traditionnel s’appelle « joik » .

 

Arrivée à Honningsvag
Sur la route qui mène au Cap Nord
Le renne, animal emblématique de Norvège
A partir du Cap Nord, notre bateau va redescendre vers le Sud… Première étape, Tromso après une journée de navigation…

Tromso : le « Paris du Nord »

Le Port de Tromso

Tromso, la plus grande ville de Norvège du Nord a reçu le surnom de « Paris du Nord »  (« Nordens Paris » en norvégien). C’est aussi la ville de plus de 50.000 habitants la plus septentrionale du monde ! Bâtie sur une île reliée à la côte par un grand pont, elle est située dans le comté de Troms, au nord du Cercle Polaire Arctique.

Au centre ville, la cathédrale, (Tromso Domkirke en norvégien), se situe sur un site qui comportait déjà une église depuis le 13ème siècle. Sa construction fut achevée en 1861. C’est la seule cathédrale représentant un exemple peu commun d’architecture néogothique de bois ! Il s’agit aussi de la cathédrale protestante la plus nordique du monde.

C’est le point de départ des expéditions polaires relatées dans le Musée Polaire qui évoque cette tradition. Fondée officiellement en 1794, la ville serait bien plus ancienne avec des restes d’églises en bois debout (appelées stavkirke) remontant vers 1250. Le centre de la ville est situé sur la côte de l’île de Tromsoya à plus de 300 km au nord du Cercle Polaire.

Son site emblématique est la cathédrale Arctique (Ishavskatedralen en norvégien) une église protestante. Elle fut construite en 1965 et doit son nom au fait qu’elle est située au-dessus du Cercle Arctique. Ses matériaux de construction sont principalement en béton.

L’entrée principale, du côté ouest, abrite une façade vitrée avec une croix, alors que sur la porte une magnifique mosaïque en verre a été ajoutée en 1972. En raison de son emplacement bien visible et de sa couleur blanche, elle est souvent appelée « l’Opéra de Norvège », en comparaison au célèbre Opéra de Sydney en Australie !

Autre emblème de la ville, le Pont qui enjambe le détroit du Tromsoysundet et qu’il faut absolument franchir pour admirer l’église arctique ! Nous. l’avons parcouru à pied : il est long ! Malheureusement les Dieux du ciel n’étaient pas avec nous pour les images…

Il y a bien un téléphérique offrant un beau panorama… mais comme la vision est nulle… nous renonçons à l’exploration…

Les îles Lofoten au-dessus du Cercle Polaire

L’archipel spectaculaire des Lofoten s’étend jusqu’à l’Océan Atlantique entre le 67ème et le 68ème parallèle nord. Il a été élu « le plus beau du monde » grâce à ses montagnes, ses criques de sable blanc, ses étendues vierges, ses oiseaux, ses petites villages et ses jolies maisons de bois rouge ou ocre érigées sur pilotis, les « rorbuer »… Les îles sont séparées du continent, au sud-est par le Vestfjord.

Le gros navire n’accostera pas (sans doute une question environnementale…) : il restera au large et descendra les chaloupes pour débarquer les croisiéristes… Nous avons opté pour un tour des îles en car qui nous permettra d’en apprécier tout le charme.

Il faut savoir que la Norvège est un pays excessivement cher pour tous les Européens : au moins 35% de plus qu’en France ou en Italie et les cartes de crédit accusent d’importantes commissions sur les sommes dépensées ! (A titre indicatif, nous avons payé 60€/personne pour cette balade d’une 1/2 journée…)

Les premiers hommes dont on a retrouvé la trace vivaient ici il y a 6000 ans de la chasse (cerf, ours, renne, castor…) et de la pêche (poisson, phoque et baleine). Ce fut un haut lieu de la civilisation Viking dont on pourra suivre l’évolution au musée du même nom… Enfin, si on est prêt à accorder 50€ pour deux entrées avec des explications en norvégien et anglais…

On exportait déjà la morue des Lofoten dans l’Angleterre du 11ème siècle ! D’ailleurs, la pêche à la morue constitue encore l’activité principale des îles Lofoten. En fait, on fait sécher les filets de morue à l’extérieur sur des étals de bois et j’avoue que l’odeur est… peu ragoûtante ! Dire qu’on le sent de loin est un euphémisme… ça pue carrément ! Il paraît qu’il faut goûter au skrei, le cabillaud arctique ainsi qu’au stockfisch, la version séchée de ce dernier…

Aux Lofoten, nous avons pu admirer le travail d’un souffleur de verre à Vikten « Glasshytta » dont l’incroyable maison de bois et de vitres mérite à elle seule le détour ! Là, nous avons suivi une démonstration de soufflage de verre tandis que la boutique propose toutes les oeuvres des artistes.

Aux Lofoten, il y a aussi des plages de sable blanc… Mais l’eau des fjords… brrrr !

Trondheim, première capitale de la Norvège !

Trondheim, ville universitaire, jadis appelée Nidaros a été la capitale de la Norvège jusqu’en 1217 ! C’est une très jolie ville avec ses façades, ses bateaux, sa gastronomie… Justement, nous sommes arrivés le jour d’un «Festival Gastronomique » et le soleil illuminait les belles façades, le pont de la vieille ville « Bakklandet » ainsi que la superbe cathédrale de Nidaros !

Tous les locaux étaient affairés à ne pas laisser passer cette belle journée et à se partager un sympathique repas parmi tous les stands mis à leur disposition !

Olden, tout au bout du fjord :

d’ici partent les excursions vers les glaciers

Olden est située à l’embouchure de la rivière Oldeelva, à l’extrémité nord de la vallée d’Oldedalen, sur la rive sud du Nordfjorden et à son extrémité.

La toute petite ville est aussi à proximité du Jostedal, le plus grand glacier d’Europe continentale. Le village a peu d’intérêt en soi, en revanche il est le port d’attache des bateaux de croisière qui arpentent la Norvège du Nord.

Nous avons choisi de découvrir le glacier Briksdalsbreen situé à environ 25 kilomètres au sud, au bout de la vallée d’Oldedalen. C’est un petit bras du glacier principal de Jostedalsbreen. Après le petit circuit en bus sur une route panoramique au contact de lacs et forêts, nous arrivons au point de départ de la randonnée : celle-ci ne s’avère pas difficile… néanmoins les moins téméraires peuvent confier leur montée à des voiturettes… Nous en avons, environ, pour 45 mn, à escalader le sentier… mais la grimpette s’avère gratifiante avec la sublime vue de la moraine.

Les fjords sont souvent décrits comme « les œuvres d’art de la nature », formées après le retrait des glaciers, lorsque l’eau de mer s’est engouffrée dans les vallées en U. Les fjords de la Norvège de l’Ouest, en particulier le Geirangerfjord et le Næroyfjord, ont été classés au Patrimoine Mondial par l’Unesco depuis 2005.

On peut aussi monter en voiturette !

Bergen, classée à l’Unesco

Sur la côte sud-ouest de la Norvège (que nous redescendons) et entouré de sept montagnes aux pentes raides où s’écoule le Sognefjord (le plus long du pays), Bergen est un port classé par l’Unesco ! Là, il y avait déjà un port lorsqu’en 1070 Olav Kyrre dit Olav le Pacifique créa la ville ! Comme au temps des vikings, Bergen commerce avec le monde entier. C’est aussi, depuis des siècles, le coeur de la culture norvégienne.

Le funiculaire de Floibanen emmène les visiteurs au sommet du mont Floyen, avec vue panoramique et nombreux sentiers de randonnée… Le jour de notre passage il n’y avait aucune visibilité : nous avons préféré à y renoncer ! (Toujours aussi vu les tarifs pratiqués en Norvège…).

Le long de « Vagen » (le vieux port) le quartier de la Hanse a été reconstruit  après l’incendie de 1702. Exemple unique d’architecture médiévale norvégienne il a été classé « Patrimoine de l’Humanité » par l’Unesco. C’étaient alors les entrepôts des riches marchands allemands qui aujourd’hui sont transformés en magasins d’antiquités ou de souvenirs.

Le quartier de Bryggen se distingue par ses maisons en bois colorées sur le vieux quai. Il était autrefois un centre de l’empire commercial de la Ligue Hanséatique.

La Tour Rosenkrantz avec sa forteresse est la plus ancienne puisqu’elle daterait de 1270 lorsqu’elle faisait partie du Château Royal de Norvège… L’exemplaire que nous pouvons admirer date de 1563 mais le monument est en entière restauration. Bergen comporte aussi un aquarium sur les espèces locales et arctiques mais nous n’avons pas visité…

Le beau théâtre de Bergen

La Ligue Hanséatique ?

La Ligue Hanséatique fondée vers 1158 était à l’origine une association de commerçants de la Baltique… Ce fut une force économique, politique et même militaire avec laquelle il fallait compter… La ville de Bergen fut longtemps la chasse gardée des Allemands qui jouissaient de nombreux privilèges et dont la communauté était très puissante. Le comptoir permanent de Bergen était la plaque tournante du commerce de bois, de poissons et des minerais… Le déclin de la Hanse s’amorça dès la fin du 15ème siècle. On reparle de cette « association marchande » à Lübeck comme à Hambourg (voir article)

Nous avons testé « COSTA FASCINOSA »

SUR LA CROISIERE CAP NORD…

Les « Plus »

Trondheim

– Embarquement rapide à Kiel avec dépose des bagages

– Débarquement rapide avec récupération des bagages relativement vite.

– Nourriture variée et bonne avec beaucoup de produits frais

– Pas de trop longues queues aux buffets malgré la grosse capacité du navire.

Alesund

– Une place de restaurant désignée pour le dîner avec des horaires bien respectés.

– Belle et grande cabine avec balcon correspondant à l’image vendue par la compagnie.

– Superbe théâtre avec, chaque soir, un spectacle professionnel de qualité

– Horaire des escales respecté.

Les « Moins »

– Problèmes de parking pour notre voiture à Kiel : on nous avait assuré une place dans le quota « Costa » mais une fois la croisière payée… il n’y en avait plus malgré plusieurs contacts téléphoniques (pas toujours aimables !) avec la compagnie !

– Nous avons payé un package « Mydrinks » et celui-ci s’avère plutôt confus entre ce qui nous est autorisé ou ne l’est pas ! Finalement, après quelques jours « d’apprentissage » nous comprenons que nous avons droit aux boissons « au point jaune »…

Alesund

– Sur un navire italien, on peut s’attendre une fois ou deux à avoir de la pizza et des glaces au menu du buffet comme des restaurants inclus dans le package : non ! Si l’on veut goûter à leur pizza comme à leur « gelato » faut payer en plus…

– Pas de Dîner de Gala ni de soirée du Commandant… Les bons usages se perdent ! Et sans aucune excuse… sauf une vague menace de covid en bruit de couloir…

– Le tarif absolument surréalistes de toutes les excursions !

– Les 11€/jour et par personne de « Charges de Service » qui selon nous augmentent largement le tarif de la croisière sans que nous soyons sûrs qu’ils profitent au personnel étranger (à majorité Philippin ou Mauricien) si gentil et si compétent…

Conclusion : Nous avons payé 5.500€ (sans transport) pour une croisière de 12 jours dans une cabine balcon incluant un forfait boissons « Mydrinks » auxquels s’ajoutent les 22€/jour de « Charges de Service » soit 22×12 = 264€ de plus… 5.764€ au total sans aucune excursion.

Reportage : Texte Dany Antonetti / Photos Gérard Antonetti (Copyrigth Août 2022)

A LIRE : la suite du voyage : Lübeck et Hambourg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.