Vienne Condrieu

Le château fort de la Bâtie qu’on aperçoit de loin en arrivant à Vienne, a été édifié au 13ème siècle par l’archevêque Jean de Bernin. Classée monument historique en 1926, cette bâtisse est le seul élément restant des fortifications médiévales de la cité.

A l’invitation de Vienne Condrieu Tourisme et de l’Association des Journalistes de Tourisme (AJT), nous sommes partis à la découverte de Vienne et de ses alentours dont les attraits nous ont été révélés au cours de quatre jours intenses de visites culturelles, oenologiques, gastronomiques, sportives… Des atouts que l’on ne soupçonne même pas lorsqu’on traverse la France par l’A7 ! Il suffit de quitter l’autoroute, comme dit la chanson, juste avant Lyon pour se plonger dans le prestigieux passé Gallo-Romain de la cité appelée à l’époque Colona Julia Viennensis et qui, à l’instar de Marseille, peut se glorifier de 26 siècles d’histoire !

Toutes les voies romaines venant du nord de l’Italie traversaient l’Isère et convergeaient vers Vienne. C’était un passage obligé avant de rejoindre au Nord, Lyon (à 35 km), la capitale des Gaules, ou au Sud, Arles puis Marseille. Le Rhône creuse à Vienne un défilé entre le Massif Central et le Bas-Dauphiné tandis qu’on aperçoit, au loin, les Monts du Pilat… Un reportage « post-confinement » pour apprécier tout l’intérêt de vacances « Made in France » !

Le Musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal

Il suffit de passer le pont ! Sur la rive droite du fleuve, nous sommes dans le département du Rhône (contrairement à Vienne située en Isère !)… « Le site a été inauguré en 1996, dit Emilie Alonso, Directrice du Musée à l’architecture moderne. Ici on commençait à construire un lycée en 1967 lorsqu’on a trouvé une mosaïque enfouie… La construction fut interrompue et l’édification du lycée décalée ! On y a découvert, par la suite, de précieux vestiges Gallo-Romains sur 7 hectares. Ce n’est pas sans raison que le site a été appelé « la petite Pompéi viennoise » !

Le Rhône est une frontière administrative entre Isère et Rhône mais les fouilles ont permis de comprendre qu’à l’époque antique Vienne était tournée vers le sud : Nîmes, Arles plutôt que vers Lyon capitale des Gaules…Le Domaine des Allobroges (signifiant « les gens venus d’ailleurs ») est un ensemble de reconstitutions réalisé dans les années 2000 sur un secteur non fouillé du site archéologique : jardin botanique, vignoble, fours… y évoquent la Gaule Romaine à travers cette tribu gauloise qui occupait Vienne jusqu’en 121 Avant JC, époque où ils adoptèrent leurs traditions et modes de vie. Cette peuplade étendait alors son hégémonie de Vienne, sa capitale, à Genève, au mont Pilat et jusqu’à Cularo, la future Grenoble !

Le musée dévoile une collection unique de maisons romaines raffinées de l’une des plus riches cités de la Gaule romaine, Vienna. Il est largement visible de l’autre rive et offre un espace permanent de plus de mille objets : mosaïques, peintures murales, statuaire, objets en céramique, en os, en verre et en métal… Dolium, récipients géants (1.000 litres) en terre cuite pour stocker la nourriture solide ou liquide.

L’Atelier de « Restauration de Mosaïques » restaure des mosaïques depuis 40 ans et plus de 300 pavements y ont été répertoriés. Cet atelier travaille pour la France mais aussi l’international. Nous y avons vu à l’oeuvre des étudiants reconstituants avec passion ces « puzzles » de jadis ! Plus d’infos sur le site : musee-site.rhone.fr

Dieu Océan : Cette mosaïque (décor marin monochrome) qui recouvrait le sol du vestibule d’une des plus grandes maisons, est devenue l’emblème du site. Le décor central représente 4 têtes du Dieu Océan accompagné d’animaux marins tandis qu’un simple décor géométrique l’entoure (180 Après JC).

Vienne, la Gallo-Romaine

Jean-Yves Curtaud Président de l’Office de Tourisme sera notre guide pour visiter la cité. « Le site, fermé par cinq collines, fut choisi par les Gaulois Allobroges pour son intérêt défensif, dit-il. La cité s’étend sur la rive gauche (à l’est) du fleuve en face de Saint-Romain-en-Gal et de Sainte-Colombeau confluent du Rhône et de la Gère.  Si le fleuve assura, pendant plusieurs siècles, la réussite économique de la cité, surtout durant la période gallo-romaine, il fut longtemps difficile à maîtriser. Au 19ème siècle, de nombreux aménagements permirent de le dompter ».

La Mairie de Vienne

Au fil de la balade, on traverse les époques, la grande et la petite histoire comme la maison du créateur de Guignol avec sa plaque commémorative : «  Ici mourut le 30 décembre 1844, le saltimbanque lyonnais Laurent Mourguet connu comme le « père » de Guignol. Il s’était retiré à Vienne en 1840 où il avait présenté ses spectacles ambulants de marionnettes au succès retentissant. Son petit théâtre, installé dans cette rue assurait son cachet »…

Parmi les édifices remarquables de Vienne : le Temple, le Cloître de l’Abbaye Saint-André-le-Bas, la Cathédrale, le Théâtre Antique, la Maison du Pilori… Admirons-les en images !

Le Temple d’Auguste et de Livie fut érigé au 1er siècle au coeur de la cité antique. Successivement transformé en église, tribunal de commerce, musée et bibliothèque, il est Monument Historique depuis 1840.

L’Abbaye St-André-le-Bas fut fondée au 6ème siècle sur des soubassements gallo-romains. Son cloître roman est le seul conservé de la moyenne vallée du Rhône.

La cathédrale Saint-Maurice est une primatiale dont la construction a commencé au début du 12ème siècle et s’est achevée au début du 16ème siècle. Classée monument historique en 1840. Dans cette cathédrale, s’est réuni le Concile – sous la présidence du pape Clément V – qui supprima l’Ordre des Templiers (1312).

Le Théâtre Romain, adossé à la colline de Pipet, fut érigé entre 40 et 50 Après JC. Il peut accueillir 11.000 spectateurs dont ceux du Festival « Jazz à Vienne » depuis 1981 qui, hélas, a dû être mis entre parenthèses cette année.

La Maison du Pilori est l’une des maisons en pan de bois de Vienne, construite au 15ème siècle. Cette maison est aussi à encorbellement (l’étage déborde sur la rue) : au Moyen-Age c’était pour éviter de payer l’impôt sur l’empiètement de la chaussée !

Le Belvédère de Pipet, que l’on atteint par des ruelles étroites, offre un large panorama sur les méandres du Rhône (à 235 mètres d’altitude), les cinq collines qui entourent Vienne et, sur la rive droite, les villages de Saint-Romain-en-Gal, Sainte Colombe et Saint-Cyr-sur-Rhône.

Le château médiéval de Septème, son parc, ses paons…

En 2018, Blandine Deron, née Kergorlay (l’une des 68 descendantes de la famille depuis 250 ans) rachète avec son mari Benoît, le château à tous les héritiers…Depuis deux ans, le couple se bat avec passion et détermination pour faire revivre le domaine où 24 familles seulement se sont succédé depuis 1000 ans !

« Le nom de Septème, dit Benoît, rappelle la présence à l’époque romaine d’une borne milliaire au septième mille sur la route reliant Vienne à l’Italie du Nord. Notre château, fortifié au 11ème siècle et remanié au 13ème, avec ses remparts et son vieux fort est un exemple unique d’architecture médiévale et son chemin de ronde fait l’objet d’un classement. Nous avons voulu y faire revivre ce temps du Moyen-âge autour de nombreuses activités ludiques et pédagogiques malgré les mesures restrictives sanitaires en vigueur.

Ainsi, ce soir, pouvez-vous participer à cet « Escape Game » extérieur intitulé « Le Procès de la Duchesse de Brissac » au cours duquel les différents indices vous feront entrevoir la solution de l’énigme… » Bon, perso, j’ai plutôt délégué aux collègues… mais nous avons été globalement nuls malgré des recherches opiniâtres et contradictoires quant aux conclusions de l’enquête ! Une visite au château de Septème est vraiment recommandée à toute personne séjournant dans la région : immense parc, présence de majestueux paons, intérieur richement meublé en style moyenâgeux… Le programme des animations est à retrouver sur leur site très complet : chateau-septeme.com

La ViaRhôna pour longer le fleuve à vélo !

La ViaRhôna est une piste cyclable de 815 km, permettant de relier le lac Léman à la Méditerranée. Le départ de la véloroute « Via Rhôna » se fait depuis Saint-Gingolph au bord du lac Léman. Elle rejoint la Méditerranée au sud à Port-Saint-Louis-du-Rhône et Sète en suivant la vallée du Rhône.

L’itinéraire entre Saint-Romain-en-Gal et Sablons, long de 33 km, offre une portion accessible à toute la famille avec une route principalement plate et peu de voies partagées. Un ensemble d’équipements sont à votre disposition le long de la ViaRhôna : points d’eau, aires de pique-nique, toilettes publiques…. Un réseau d’hébergeurs, principalement à Vienne et Condrieu sont également à votre disposition pour vous accueillir avec votre vélo. Et si vous êtes en famille, vous pouvez aussi vous procurer le livret-jeu Randoland  à l’Office de tourisme de Vienne et Condrieu : un cahier d’activités à compléter tout au long du parcours, adapté aux différents âges des enfants !

Nous avons parcouru un morceau de cette belle piste cyclable en compagnie de Véronique, accompagnatrice à l’Office de Tourisme, mais sans trop d’efforts puisque nous avaient été fournis des vélos à assistance électrique ! Les locations sont disponibles au Pavillon du Tourisme de Vienne. Site : vienne-condrieu.com

Des animations… à l’italienne !

Oui, la culture souffre terriblement du contexte sanitaire, oui, le Festival « Jazz à Vienne » a dû être annulé… mais Olivier Sanejouand, Directeur de l’O.T. et son équipe ont mis en place un programme de substitution pour « vivre Vienne à l’italienne » avec de nombreuses animations en juillet/août. Nous avons pu en apprécier deux :

« Patrimonio, Jazz e Vini » au Musée archéologique Saint Pierre de Vienne qui est resté dans son jus depuis 2 siècles. C’est la plus ancienne église de France dont la base date du 5ème siècle. Olivier nous explique : « En 1748 Pierre Schneider, amateur éclairé bénéficie d’un mécène qui lui paie le voyage à Rome… mais suite à la mort de son sponsor il doit poser ses bagages en route et s’arrête à Vienne. L’église est alors transformée – à son initiative – en musée ».

Le spectacle est un hommage au célèbre duo des années 30 Billie Holiday & Lester Young. Les musiciens ? Le Directeur du Conservatoire, Philippe Khoury au clavier, et deux profs, Damien Gomez au saxo et Frédérique Brun au chant. Un beau moment de jazz qui se terminera par une dégustation de Condrieu !

« Les Papes al Dante » au même musée avec la narration décalée d’une page de l’histoire de Vienne : voyage au temps des templiers, de la Guerre de cent ans, des papes et des rois maudits… contée avec beaucoup d’humour par Jean-Yves Curtaud, écrivain et Président de l’O.T. L’évocation est complétée par une dégustation de Côte-Rôtie ! Le programme complet des manifestations culturelles est en ligne sur vienne-condrieu.com

Le Domaine de Corps de Loup et sa visite virtuelle

Ce matin, nous avons rendez-vous avec Martin Daubree, propriétaire du Domaine Viticole de Corps de Loup. « Ce domaine qui doit son nom au dernier loup de la région tué sur la propriété, dit-il, était abandonné quand nous en avons fait l’acquisition en 1991. Nous l’avons restauré et replanté les vignes. Aujourd’hui nous cultivons 3 ha de Côte Rôtie qui produisent entre 15 et 20.000 bouteilles par an. Il faut savoir que la destination « Vallée du Rhône Condrieu – Côte Rôtie » est labellisée Vignobles & Découvertes depuis 2013. Nous avons réfléchi à la situation de crise liée à notre acitvité de tourisme oenologique  et décidé d’inventer la « e-visite » privée du domaine orchestrée en direct par un des membres de l’équipe. Quelques jours avant le rendez-vous, le visiteur reçoit un colis à domicile qui renferme six verres de dégustation de Côte-Rôtie gravés au nom du domaine, 5 vinotes de 2 cl contenant 4 Côte-Rôtie et un Condrieu, un bouchon AntiOx, un anti-goutte gravé et une carte du vignoble de Côte-Rôtie. Le tout est accompagné d’une notice de connexion. Réservation : https://corpsdeloup.com/fr/e-visites

Côte-Rôtie : un vin de prestige et d’exception

Créé par les Allobroges puis développé et structuré en terrasses par les Romains, le vignoble de Côte-Rôtie est l’un des plus anciens vignobles de France. Les vignes de Côte-Rôtie (290 ha cultivés) implantées sur des collines escarpées et baignées de soleil produisent un vin rouge de garde, chaud, corsé et robuste. Ces vins deviennent plus accessibles et développent un bouquet opulent et complexe avec l’âge. Deux cépages dominent la production : le Viognier et la Syrah. Les vins de Côte-Rôtie, souvent considérés comme faisant partie des meilleurs vins de Côtes du Rhône, sont constitués en grande majorité, voire totalement, de Syrah. Les amateurs de Côte-Rôtie font la distinction entre les vins issus de la Côte brune (plus corsée et vieillie plus lentement) et ceux issus de la Côte blonde (plus délicate) en fonction de l’emplacement des vignobles. AOC depuis 1940, ces vins fêtent leurs 80 ans !

 

Ampuis : Le caveau muséal du Château Guigal

Le Domaine Guigal fut fondé en 1946 par Etienne Guigal à Ampuis, berceau de l’appellation Côte-Rôtie qui abrite un vignoble unique où la vigne et le vin sont célébrés depuis 2400 ans… Mais, dès la Préhistoire,  l’homme a découvert que la fermentation du jus de raisin transformait celui-ci en alcool ! A la fin du 19ème siècle les études de Pasteur ont permis de mieux comprendre le rôle capital des levures dans le processus d’élaboration du vin… Pour ses premiers pas dans l’oenotourisme, le Domaine Guigal ouvre un lieu de 550 m2 pour partager la culture du vin dans une belle bâtisse du 19ème siècle au pied des terrasses du vignoble de Côte-Rôtie. Tout à la fois caveau, musée, espace de vente et lieu de séminaire et réception, le caveau invite à la découverte des vins des Maisons Guigal & Vidal-Fleury, du Château de Nalys et du Domaine de Bonserine, présentés autour d’une expérience oenologique, sensorielle et gustative unique.

Eve et Philippe Guigal ont crée le musée pour présenter les objets de la vigne. « Nous avons commencé à les répertorier, dit Eve, d’où l’idée du musée. Les professionnels du musée de St-Romain-en-Gal nous ont aidés pour tout répertorier. Ces objets ont été collectés depuis plus de 40 ans.  Le musée se compose d’un espace oenologie, un espace tonnellerie (la maison a sa propre tonnellerie depuis 2003), un espace de monnaies romaines et un espace Trésors antiques (les anciens et le vin avec amphores et poteries). Il a ouvert au public mi-juillet. C’est Marielle, ex-pubicitaire reconvertie dans le vin depuis 8 ans et sommelière de la maison qui procède à la dégustation (Notre photo). site : guigal.com

Les Rigottes de Condrieu

Arrêt « Dégustation & achats » chez Mickaël Lemaître dans le Parc du Pilat. Breton d’origine et ingénieur agronome, Mickaël produit la fameuse AOP Rigotte de Condrieu (GAEC Ferme des Pampilles) depuis 1983. Il possède 110 biquettes dont le lait est intégralement transformé en Rigotte au lait cru de chèvre, à pâte molle et croûte naturelle à la forme ronde et de couleur ivoire à bleue sur toute la surface. Le nom de « rigotte » est tiré des ruisseaux descendant les pentes du massif du Pilat nommés rigoles ou rigot !

« En 10 ans j’ai vu l’évidence du changement climatique et désormais je suis obligé d’acheter du foin pour nourrir mes bêtes, dit-il. La traite des animaux se fait deux fois par jour à la machine. Mes produits sont écoulés sur les marchés, les restaurants, sur place et en vente directe. J’ai aussi créé un gîte pouvant recevoir 12 personnes pour compléter mon activité. Site : lafermedespampilles.fr

Le Marché de Vienne avec Philippe Girardon

Vienne dispose de l’un des plus grands marchés de France datant du 12ème siècle ! Le samedi matin, c’est une véritable institution avec quelque 400 étals répartis dans le centre historique sur plus de 6 km de linéaires. Nous y avons rendez-vous avec Philippe Girardon, Chef étoilé et Meilleur Ouvrier de France pour qui cette balade matinale hebdomadaire est incontournable : « C’est sur ce marché que je trouve une grosse partie de mon inspiration. Je choisis les légumes, la viande, les fruits… que mes hôtes vont manger au déjeuner… Ici les producteurs sont des amis, même si parfois nous négocions les prix »… Jean-Pierre, le boucher, Franck, le primeur ou encore Emilie et ses superbes champignons feront les régals de la table de Philippe !

Philippe Girardon offre à ses hôtes un cadre idyllique au sein d’un parc de 3 hectares au coeur du village de Chonas l’Amballan, entouré d’arbres tricentenaires et bassins d’eau douce, le « Domaine de Clairefontaine ». Mais aussi, quelques centaines de mètres plus loin, le Cottage à l’ambiance très design, proposant une fine cuisine de terroir et un grand choix de vins locaux. Site : cottage38.fr


Reportage Texte & Photos Dany Antonetti (Copyright Juillet 2020)


CARNET DE VOYAGE

Hébergement : L’ibis Lyon Sud Vienne Saint-Louis. L’hôtel dispose d’une connexion Wi-Fi gratuite, d’un bar et d’une terrasse.

Restaurants :

Le PH3 à Vienne, l’autre restaurant du chef Patrick Henriroux 2*, vient de se renouveler du sol au plafond. Il garde toutefois son concept de cuisine ouverte sur la salle. Pour le reste, l’équipe est partie d’une feuille blanche… En 2009, Patrick Henriroux est l’un des premiers chefs étoilés à proposer une deuxième table, près de son restaurant gastronomique La Pyramide, au centre-ville de Vienne. Dans un design encore plus lounge, imaginé par Régis Dho, le Chef Patrick Henriroux et sa brigade proposent une cuisine avec une prédilection encore plus prononcée pour les légumes. Boris, le fils de la maison explique la rénovation de l’hôtel familial…  45 couverts par service sur la terrasse.  David Castagner est le nouveau Chef. On s’est approprié le chiffre 3 dit-il :  en proposant une carte courte, faite de 3 entrées, 3 plats, 3 desserts, 3 vins, 3 champagnes, 3 vasques, 3 miroirs et 3 enfants… une cuisine plaisir, du marché. Nous avons un “menu marché” à 69€ (parking privé). Nous avons 30.000 bouteilles en cave pour tous les budgets. Site : lapyramide.com

Bistrot Serine à AMPUIS : Incontournable à Ampuis, ce lieu est tout à la fois cave, bar à vins, restaurant, vinothèque. L’univers du vin et le conseil en accords mets et vins n’ont pas de secret pour l’équipe. D’ailleurs de nombreux viticulteurs en ont fait leur cantine ! Cuisine du marché et carte des vins du cru, dans un cadre typiquement viticole. Terrasse à l’arrière avec vue sur les vignobles. Cannelonis de chevre frais. (Tél : 04 74 48 65 10)

Vienne : Restaurant Le Glacier : leglacier-vienne.fr

Vienne : Restaurant Le Muse (Tél : 04 74 56 82 49)

Meli-melo de tomates anciennes fleur de courgette farcie de tome d’Aubée ; Paleron de boeuf à la sauce Syrah

Le Cottage de Clairefontaine chez  Philippe Girardon : Un confortable et élégant Bistro avec des menus à partir de 29€ et une carte éléborée à partir des produits du marché que nous avons eu la chance de pouvoir choisir avec le Chef (Photos ci-dessous). Service sur la grande terrasse ombragée de platanes.

***Merci à tous ceux qui ont organisé ce voyage : AJT ;  Marie-Claude Prévitali (Média Conseil Presse) et nos hôtes de Vienne Condrieu Tourisme : Jean-Yves Curtaud, Olivier Sanejouand, Hélène Hermant, Florian Marcelin et Samuel Riblier ainsi qu’aux 18 collègues, membres de l’AJT pour ces moments de confraternité. Pour toute info ou réservation : vienne-condrieu.com

Vienne : le marché du samedi
Musée Gallo-Romain : les amphores géantes ou Dolium