Centre du Portugal : la Serra da Estrela

Le Centre du Portugal renferme de vraies merveilles de nature, d’architecture et d’histoire : Coimbra, l’intellectuelle avec son université et sa bibliothèque baroque ; Aveiro et sa « Réserve Nature » ; Costa Nova et ses belles maisons rayées (voir notre article grand-sud-mag.com/le-centre-du-portugal)… Et aujourd’hui, pour compléter la destination, nous sommes conviés par l’Office de Tourisme du Portugal à visiter ce coin encore plus magique et préservé d’un tourisme excessif : la Serra da Estrela !

A noter que les couleurs du ciel n’ont pas été retouchées !

Si l’on traduit  littéralement, il s’agit de la « Montagne de l’Etoile », point culminant du Portugal continental avec ses 1.993 mètres d’altitude. C’est un bloc granitique prolongeant, vers le sud-ouest, la cordillère centrale espagnole. Ici prend sa source le Mondego, plus long fleuve entièrement portugais qui finit sa course dans l’Atlantique. « Penhas da Saude » est, par ailleurs, la seule station de ski du Portugal !

Notre « camp de base » sera, pour ce court séjour, la Casa de São Lourenço, une « Posada » relookée 5* par ses actuels propriétaires, responsables aussi de la renaissance de l’usine de laine « Burel Factory ».

Nous voici arrivés, après environ deux heures de route depuis l’aéroport de Porto,  dans la Vallée Glaciaire du Zêzere modelée il y a 20.000 ans. Avec 13 km de long, cette langue glaciaire s’ouvre sur des pentes abruptes de roches de granit émergeant du fond de la vallée. Paysages de pâturages, rochers, maisons typiques encadrent le village montagneux de Manteigas où se trouve l’usine, jadis fleuron de l’industrie lainière du Portugal.

Burel Factory : le retour en force du textile made in Europe !

Tout avait commencé en 1947 avec la création de « Lanificio Império », la plus importante filature de laine de la région… Mais celle-ci ferme en 2002 suite à la concurrence internationale dans le textile… En 2012, Joao Costa la réhabilite et la remet en route : «  Nous avons traversé, dit-il, un long processus de récupération d’un patrimoine qui menaçait de disparaître, toujours dans le souci de conserver le savoir et les mécanismes ancestraux ». La nouvelle usine devient alors « Burel Mountain Originals » et continue de produire en utilisant les mêmes machines et le même équipement traditionnels de l’époque où tout était encore fabriqué à la main, assurant la production de tissus uniques, différents et de grande qualité.

Mais, qu’est-ce que le tissu Burel ? Un tissu 100% de laine de mouton d’origine médiévale (12ème siècle), toujours associé à la montagne Serra da Estrela et à ses bergers. L’authenticité du tissu Burel résulte d’une suite d’opérations spécifiques dans le processus de fabrication : la laine après avoir été cisaillée, lavée, filée… voit ses fils installés sur le métier à tisser. Une fois le tissage terminé, le tissu est mis dans un foulon. Les fils se resserrent et le drap se rétrécit gagnant en densité. Il devient naturellement imperméable à l’eau, au vent, au froid et très résistant. Ces couvertures protégeaient les bergers des rigueurs de l’hiver ! (Site : burelfactory.com)

La Casa de São Lourenço et son sublime panorama

Faisant partie du groupe « Burel Mountain Original », aux côtés de l’usine Burel et de la Casa das Penhas Douradas, la Casa de São Lourenço est le nouvel hôtel (5*) de la Serra da Estrela poursuivant un projet de développement  durable et de valorisation du patrimoine.

Inaugurée en 1948, l’historique Pousada de São Lourenço a été transformée en maison (Casa). C’est l’un des hôtels portugais offrant la plus belle vue panoramique : la Serra da Estrela, le village de Manteigas et la vallée glaciaire s’étalent à travers les baies vitrées aussi bien des espaces à vivre, du restaurant que des chambres !

L’idée était de conserver l’histoire du bâtiment et son contexte dans le paysage environnant avec une touche de modernité. L’établissement rend hommage à Maria Keil, l’une des figures artistiques avant-gardistes portugaises les plus importantes du 20ème siècle (décédée en 2012 à l’âge de 97 ans) avec de nombreuses oeuvres de l’artiste récupérées de l’ancienne décoration. D’autres designers portugais complètent le décor ainsi qu’un spa de montagne pour un ressourcement naturel. Une piscine chauffée reliée à une piscine extérieure met l’hôte en contact avec tous les éléments de la montagne pour une relaxation optimum dans les eaux de sources naturelles de la Serra da Estrela.

Au restaurant panoramique, les produits frais sont privilégiés par le Chef, Manuel Figueira, qui mise sur la simplicité et l’authenticité du terroir tout en associant aux qualités gustatives créativité et plaisir des yeux. (Site : casadesaolourenco.pt). La région produit l’un des meilleurs fromages portugais, « Queijo da Serra » fabriqué artisanalement à partir du lait de brebis dont nous avons pu apprécier toutes les saveurs au restaurant de l’hôtel.

Belmonte et l’histoire de la communauté juive…

Belmonte est le lieu de naissance de Pedro Alvares Cabral, le navigateur qui découvrit le Brésil en 1500. Sa statue s’élève au bord de la rue principale. A côté du château médiéval se trouve une église romaine entourée de tombes. Mais la présence la plus anecdotique, ici, est celle des juifs…

En effet, la communauté juive de Belmonte a gardé sa religion secrète pendant 5 siècles ! Apres l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492, quelques familles se sont réfugiées à Belmonte, petit village où tout le monde se connaît… Les voisins connaissaient le secret… Les femmes gardaient ce secret et le transmettaient aux nouvelles générations !

Pourtant, ces nouveaux chrétiens continuèrent à pratiquer leur ancienne religion en secret jusqu’au 20ème siècle ! En 1974, le 1er rabbin arriva au village et en 1987, Israël reconnut la communauté « Maranne » qui est plutôt un terme péjoratif…  On doit dire « crypto-juif ».

Le village possède un hôtel et un magasin cashers. Le découvreur de cette communauté est un juif polonais venu là pour travailler en 1917 dans les mines en qualité d’ingénieur : Samuel Schwarz. En 1925 il écrivit le livre “Les nouveaux chrétiens au Portugal au 20ème siècle ». La synagogue, ouverte en 1996, a été construite sur une ancienne place du village où se retrouvaient déjà les juifs.

Musée juif de Belmonte

Des touristes juifs viennent d’Israël et du monde entier pour visiter et y passer le shabbat. Ils sont aidés par des associations. Aujourd’hui, le rabbin israélien d’origine brésilienne a aussi la mission d’apprendre l’hébreu aux enfants. Depuis 5 ans, les juifs de Belmonte commencent à faire leur « alya » (Immigration en terre d’Israël). Il y a beaucoup de respect au Portugal entre juifs (900.000 sont identifiés) et non juifs et pas d’antisémitisme.

Nous avons rencontré Diogo João, Vice-President de l’association juive de Belmonte qui n’est pas sûr d’y finir sa vie : «  Deux de mes enfants sont déjà partis en Israël et le troisième s’y prépare… Alors il se pourrait que je les suive… ».

En 2003, le projet Belmonte est lancé sous le patronage de la Fédération américaine séfarade, afin de lever des fonds pour acquérir le matériel nécessaire à l’éducation et à la vie juive de la communauté qui compte aujourd’hui environ 160/180 personnes. Le Musée juif de Belmonte (Museu Judaico de Belmonte) a ouvert le 17 avril 2005 et fut restauré en 2017. Très intéressant, il relate la longue histoire de cette communauté restée étrangement secrète jusqu’à nos jours !

Sortelha, l’un des 12 villages historiques du Portugal

Sortelha culmine à 760 mètres d’altitude sur un ensemble rocheux situé près de la “Serra da Opa”. C’est l’un des plus vieux villages fortifiés du Portugal bâti sur un ancien fort romain. Son nom viendrait du mot castillan “sortja” qui signifie anneau : la ville et les roches granitiques qui l’entourent ont une forme d’anneau.

Sortelha : un village aux rochers ressemblant à des personnages comme la tête de la vieille ou le baiser « Pedra do Beijo »

Le village possède un château médiéval et une église de la Renaissance aux motifs arabo-hispaniques sur la voûte. Les touristes ne sont pas encore nombreux en cette saison et c’est vraiment agréable de déambuler à travers les maisons de granit et les petites rues calmes, apprécier la tranquillité d’un temps ralenti… Les villageois sont fiers de mentionner qu’ici fut tourné (en 2004) le téléfilm français « Julie, Chevalier de Maupin » avec Sarah Biasini, la fille de Romy Schneider… dont ils étaient les principaux figurants !

Randonnée à Penhas Douradas

La Serra da Estrela offre 357 km de sentiers de randonnée balisés. C’est le royaume de la marche à pied ! Ce matin, nous avons rendez-vous avec Luis, notre accompagnateur, pour une balade à la découverte d’un petit échantillonnage de ces beaux chemins à travers champs, paysages chaotiques, lagons glaciaires, troupeaux de moutons ou encore lacs disséminés dans la nature. « En 1888, explique Luis, une expédition scientifique a identifié le lieu comme le plus pur pour y soigner la tuberculose. Ainsi furent construits des sanatoriums pour accueillir les malades ».

Nous commençons notre randonnée au-dessus de l’hôtel Casa das Penhas Douradas à travers des champs de fleurs printanières, jaunes, rouges, violettes… et blocs granitiques… Arrivés à un superbe point de vue, nous voici devant une maison « rayée »  de rouge comme on en voit beaucoup dans le village côtier d’Aveira. Cette extraordinaire construction de bois se détache dans le bleu du ciel assurant un paysage de carte postale !

Plus haut, le plateau devient quasi-désertique laissant la place à une maigre végétation et à des rochers toujours plus impressionnants. Nous continuons notre marche qui longe à présent un beau lac de montagne aux eaux d’azur.

A l’issue de la balade, un rapide tour motorisé nous permettra d’admirer le début de la vallée glaciaire : juste le temps de nous donner l’envie irrésistible de revenir très vite !

Reportage : Texte/Dany Antonetti – Photos/Eric Beracassat


Y ALLER : prendre un vol pour Porto (nombreuses offres, même « low cost »  de la plupart des villes françaises dont Paris et Marseille), puis un véhicule de location. La Serra da Estrela se trouve environ à 2 heures de voiture de l’aéroport. Dépaysement garanti et accueil inoubliable ! Site : centerofportugal.com


*** Merci à José, notre guide, érudit et patient qui nous a délivré les petits secrets du centre du Portugal et à Antonio Gonçalves, de l’Office du Tourisme du Portugal à Paris pour sa bonne humeur communicative. Site : visitportugal.com