VIVRE AU QUÉBEC

Il y a toujours quelque chose à faire à Montréal, que ce soit culturel ou sportif ! Parmi les incontournables de l’été : un pique-nique au Mont Royal, l’Expo Chihuly… Et puis quitter la métropole pour découvrir les Monts Sutton…

Pique-niquer au Mont Royal

croix_montroyalLe Parc du Mont-Royal est l’un des poumons verts les plus importants de Montréal. Trois cent cinquante ans après le passage de Jacques Cartier (soit en 1875), la ville de Montréal y crée un parc protégé qui sera inauguré le 24 mai 1876, jour de la fête de la reine Victoria. Boisé en grande partie, il fut aménagé par Fréderick Law Olmsted, paysagiste du Central Park à New York ! Nous avons sacrifié au rite de venir y pique-niquer (à bicyclette) par un beau dimanche ensoleillé comme les Montréalais en ont pris l’habitude estivale.

Un peu d’histoire : Lors de son deuxième voyage en 1535, après s’être arrêté le 7 septembre à Québec, Jacques Cartier (Oui, celui du « pont », marin et explorateur originaire de Saint-Malo !) remonte le Saint-Laurent jusqu’à Hochelaga, appellation autochtone deMontréal. Le 3 octobre de la même année, il monte sur la montagne qu’il nomme Mont Royal en l’honneur de François 1er. Il note sur ses carnets de voyages : « Et au parmy d’icelles champaignes, est scituée et assise ladicte ville de Hochelaga, près et joignant une montaigne… Nous nommasmes icelle montaigne le mont Royal. ». Avec le temps, Mont Royal fit place à Montréal. Il semble que le nom de Montréal vienne de « Mont Real », variation orthographique de « Mont Royal » qui avait le même sens en français au 16ème siècle.

Après quelques montées en forêt et des passages au « moyen plateau » du vélo,  nous voici arrivés au pied de la fameuse croix qui brille sur Montréal by night… Nous ne nous apercevrons pas tout de suite que nous l’avons atteinte : vue de si près, on a du mal à la repérer ! C’est une croix en métal érigée en 1924, haute de 31,4 mètres qui couronne la montagne de 251 mètres d’altitude. Ses bras s’étendent sur 10 mètres. C’est un hommage à Paul de Chomedey de Maisonneuve, l’un des fondateurs de Montréal, qui avait planté une première croix en bois dès 1643. Il souhaitait remercier Dieu d’avoir protégé Ville-Marie des inondations. Depuis 1992 elle est éclairée à la fibre optique et on peut la voir à 80 km à la ronde. Sa structure métallique est composée de 1830 pièces reliées par plus de 6000 rivets. Elle pèse 26 tonnes et repose sur huit pilastres de béton. 240 ampoules de 75 watts, soit 120 ampoules sur chacune de ses faces permettent l’illumination. A la mort d’un pape, elle devient « pourpre » !

panorama_montroyal
En redescendant, une halte s’impose sur les terrasses du « Chalet » qui dominent une partie de Montréal.

Aller à l’Expo Chihuly au Musée des Beaux Arts

chihuly_soleil

Une exposition qui recueille tous les suffrages des montréalais comme des visiteurs de passage ! A surtout ne pas rater si vous faites escale à Montréal (Jusqu’au 20 Octobre prochain). A l’entrée du musée, Rue Sherbrooke, l’univers Chihuly nous accueille dès l’escalier extérieur avec l’œuvre monumentale « Le Soleil » qui forme une tour arrondie de plus de quatre mètres de diamètre émettant des rayons composés de vrilles de couleurs primaires – deux teintes de jaune – avec plusieurs éléments bleus ou rouges.

chihuly1

Né à Tacoma dans l’Etat de Washington à l’Ouest des USA) en 1941, Chihuly explore le potentiel plastique du verre soufflé. Exploitant le feu, la gravité, le souffle et la force centrifuge, l’artiste jongle avec les couleurs, les reflets et les formes organiques tout en imaginant des effets de répétition, d’accumulation, de superposition  et l’agencement de divers éléments modulaires et singuliers pour créer un rythme et des effets visuels inédits.

chihuly2

Expérience visuelle immersive, surprenante et grandiose, cette première exposition majeure de Chihuly au Canada est organisée par le MBAM, en collaboration avec le Chihuly Studio. Maître d’œuvre de ses installations, Chihuly a arpenté les salles d’exposition pour créer un parcours unique. Il nous présente huit environnements immersifs dont quatre installations conçues spécialement pour cette exposition. « Je suis obsédé par la couleur, dit-il. Je n’en ai jamais vu une seule que je n’aimais pas ».

Randonner aux Monts Sutton

maison_sutton

Ce matin, direction Autoroute 10 (sortie 68) puis Route 139 Sud jusqu’à Sutton dans la Région des Cantons de l’Est. Dans cette station de ski réputée, nos hôtes, Christine & François, possèdent un appartement (Ici, on dit : Condo »). Nous sommes chanceux… Nous allons découvrir notre nouvelle maison ! Un duplex tout de bois blanc revêtu avec une grande terrasse et son barbecue géant que nous allons nous empresser d’utiliser ! Dès notre arrivée, copinage avec les voisins autour du verre de l’amitié qui se poursuit dans la soirée. Léon et Francine habitent là à l’année et connaissent la montagne par cœur : c’est donc en leur compagnie que nous irons randonner !

sutton_rando-1

Nous sommes au cœur du « Parc d’Environnement Naturel de Sutton » qui englobe les monts Sutton : le Sommet Rond (962 m), le Mont Gagnon (853 m), le Mont Écho (746 m) et la Montagne à Boyce (686 m). Au total 56 km de sentiers balisés. Francine nous propose de partir à la découverte du lac Spruce, lac glaciaire aux abruptes parois rocheuses.

sutton_lac

Le sentier est une jolie boucle d’environ 3,5 km à laquelle il convient de rajouter l’extension vers le « Sommet Rond »(Roundtop), d’où la vue est fantastique au Chalet d’Altitude 840 mètres qui sert aussi de refuge-dortoir aux randonneurs. Ici sont aussi aménagées quelques plateformes de camping situées aux entrées des sous-bois. Nous décidons de redescendre en trace directe sur les pistes de ski. Une belle balade sous le soleil et sans insectes harceleurs… Ce qui est relativement rare !

maison_rose
Une belle maison rose : déjà le Vermont !

Le village de Sutton, à seulement une quinzaine de kilomètres de la frontière américaine, adopte déjà un look très « Nouvelle Angleterre » !  Au retour, nous en profiterons pour faire une escapade aux Etats-Unis… Histoire de se prendre la tête avec les services de l’immigration complètement paranos… A Sutton, nous désignerons Robert pour s’occuper des brochettes “maison” sur l’immense BBQ de la terrasse.Un break dans notre vie montréalaise !